Rassemblement de l’opposition iranienne à Paris pour un changement de régime

Rassemblement de l’opposition iranienne à Paris pour un changement de régime

Des dizaines de milliers de personnes se sont réunies samedi dernier à Villepinte, au nord de Paris, afin de soutenir l’opposition iranienne dans leur demande d’un changement de régime

Les participants comprenaient de nombreuses personnalités politiques en provenance des États-Unis, d’Europe, du Moyen-Orient et des autres continents, y compris l’ancien maire de New York Rudy Giuliani, les anciens ministres Rama Yade et Bernard Kouchner, le sénateur Joseph Lieberman, l’ancien président du Parti démocrate américain et cofondateur de Médecins sans frontières Ed Rendell, l’ancienne candidate à la présidentielle de Colombie Ingrid Betancourt, l’ancien ambassadeur aux Nations Unies John Bolton ou encore l’ancien ministre des Affaires étrangères canadiennes John Baird, pour n’en citer que quelques-uns.

On note également la participation d’une importante délégation de l’opposition syrienne, et d’une délégation saoudienne représentée par le Prince Turki al-Faysal.

En outre, les femmes étaient nombreuses à s’exprimer, premières affectées par le régime iranien.

Enfin, le peuple iranien était représenté par des citoyens de différents horizons sociaux, y compris des femmes militantes du mouvement pour l’égalité, des jeunes récemment arrivés d’Iran ou encore des représentants de minorités religieuses opprimées.

Un objectif clair
Autour du thème « En avant avec la Résistance iranienne ; un changement de régime est à portée de main », l’objectif de ce rassemblement était de faire entendre la voix du peuple iranien, qui aspire à un changement démocratique et à la fin de la dictature intégriste en vue d’un Iran libre. « Nous nous battrons à vos côtés contre l’oppression et la dictature, et libèrerons l’Iran », s’est exclamé le sénateur Alain Néri.

Il s’agit du huitième anniversaire de ce rassemblement annuel, qui a revêtu une importante toute particulière cette année suite aux « élections » qualifiées de simulacre par le peuple iranien. En effet, la diaspora iranienne a plus que jamais besoin de faire entendre son opinion, et le rassemblement a pris des airs de référendum.

Les milliers de participants ont notamment mentionné l’égalité entre hommes et femmes, l’arrêt du gaspillage des richesses naturelles pour financer les guerres ou encore la souveraineté populaire dans une république pluraliste et laïque.

Mme Mariam Radjavi, présidente du Conseil national de la Résistance iranienne, a affirmé que « la seule solution pour libérer le peuple iranien et instaurer la paix et la tranquillité dans la région, c'est le renversement du régime du Guide suprême en Iran (…) Le renversement du régime est possible et à portée de main. Il existe une alternative démocratique et une résistance organisée qui peut le renverser. » Pour elle, il y a trois points fondamentaux : « 1- la nécessité de renverser le régime du Guide suprême ; 2- le renversement de ce régime est à portée de main ; 3- L’existence d’une alternative démocratique et d’une résistance organisée pour mettre fin à la tyrannie religieuse. »

Rudy Giuliani a salué la lutte sans relâche de Mme Radjavi : « Nous ne serions pas là sans le leadership de Mme Radjavi. La seule stabilité passe par vous et par un Iran libre. C’est ce pourquoi se bat l’OMPI, pour le respect de la dignité humaine et des droits de l’homme. (…) ». Il a également souligné qu’un changement de régime est la seule solution.

Un évènement médiatique
Ce rassemblement a permis au peuple iranien, et plus particulièrement à des groupes sociaux habituellement réduits au silence, à l’instar des jeunes et des femmes, de se faire entendre.

Et leurs voix ont porté bien au-delà des murs de l’auditorium de Villepinte. En effet, l’évènement a été couvert par de nombreux médias, à l’instar de la chaîne télévisée France 3, du quotidien international Asharq Al-Awsat, du WorldNews Network ou encore des blogs Mediapart et le Courrier du soir.