Fanfaronnades du commandant des forces armées du régime iranien

Fanfaronnades du commandant des forces armées du régime iranien

Le commandement en chef des forces armées du régime iranien a exprimé sa crainte des nouvelles sanctions américaines et la perspective d’inscrire les pasdaran  sur liste des entités terroristes.

Lors d’une réunion des commandants des Forces terrestres des pasdaran à Téhéran, le lundi 17 Juillet 2017, le général Mohammad Bagheri a affirmé que la présence militaire de l’Iran à étranger, notamment en Syrie, a « transféré la scène de bataille vers des régions éloignées, et une sécurité exemplaire prévaut ainsi dans le pays ».

Dans une partie de ses déclarations, le chef d'état-major général des forces armées a menacé implicitement les États-Unis et a déclaré que les sanctions imposées par ce pays contre les pasdaran et le fait de les inscrire sur la liste des organisations terroristes comportent un « risque majeur pour les Etats-Unis et leurs bases et forces » dans la région.

Le pasdar Bagheri a également affirmé que le programme de missiles des pasdaran « n'est pas négociable ou à débattre » et que les nouvelles sanctions américaines contre les pasdaran sont une opportunité pour la croissance et l’autosuffisance des « capacités locales et nationales du pays ».

Dans des déclarations distinctes, en s’entretenant avec des commandants des pasdaran, le général pasdar Yahya Rahim Safavi, conseiller principal d'Ali Khamenei dans les affaires militaires, a reconnu l'ingérence du régime iranien en Syrie. Il a prétendu que la coalition de l’Iran, la Syrie, la Russie et le Hezbollah libanais « a obtenu victoire et la République islamique d'Iran est devenue une puissance régionale ».

Il a appelé le gouvernement d’Hassan Rohani à payer le prix du déploiement des forces terrestres des Gardiens de la révolution sur les frontières orientales du pays, puisque, selon l’aveu de Rahim Safavi, sans ces forces, la sécurité n’est pas assurée dans le pays, particulièrement dans les provinces de Sistan-Baloutchistan et de Khorasan.