11192017Dim

Iran : 80 pour cent des salariés vivent sous le seuil de pauvreté

Un expert économique du régime des mollahs a exprimé sa préoccupation concernant la fureur et la protestation des gens par rapport à la situation économique du pays et a déclaré : « À cause de la situation économique du pays, 12 millions de personnes sont au chômage et 30 millions de personnes pauvres sont pessimistes concernant l’avenir du pays. La situation est la cause des protestations à venir et c’est le présent qui en est responsable. »

Comme l’a rapporté le journal Resalat le 23 novembre 2016, Ebrahim Razaghi a admis que le nombre de chômeurs et de pauvres avait augmenté et les gens sont extrêmement désenchanté par rapport au régime. Il a déclaré : « l’orientation économique du gouvernement concernant les riches dans la société est en faveur d’une classe en particulier. Le gouvernement ne fait pas attention aux problèmes essentiels. Aujourd’hui, 80 pour cent des salariés vivent en dessous du seuil de pauvreté et 7 millions de ménages ne peuvent pas payer de loyer. Plus la pauvreté s’étend, plus les gens perdent espoir. »

Ebrahim Razaghi s’est référé à l’incapacité du gouvernement actuelle tout comme du précédent à résoudre ces problèmes et a ajouté : « Ces dernières années, on a prouvé que suivre les politiques économiques libérales ne nous ont pas aidés et cela a mené notre pays vers divers problèmes tels que la pauvreté et le chômage. Les gouvernements à différentes périodes ont dirigé l’attention des gens vers d’autres problèmes afin de masquer les politiques inefficaces. Il semble que les politiques et les approches économiques du gouvernement soient développées en faveur des riches. »

Il a également discuté de l’inefficacité des autorités à mettre en place des mesures afin de résoudre les problèmes économiques et a reconnu qu’un changement est requis dans le domaine du management, vu l’incurie des autorités qui sont incapables dans la résolution des problèmes basiques de la population.

Ebrahim Razaghi a finalement ajouté : « Récemment, on nous a annoncé que 72 hauts manageurs avaient la double nationalité, donc ils n’ont pas la nationalité iranienne, mais ils dirigent le pays. Une telle forme de management est inacceptable dans n’importe quelle partie du monde. De plus, nous devons dire que certains manageurs essaient de recevoir un visa pour les États-Unis au lieu de résoudre les problèmes des gens. »