Iran - un ancien prisonnier politique qui a échappé au massacre de 1988, ‘personne n’a été épargné’

Iran - un ancien prisonnier politique qui a échappé au massacre de 1988, ‘personne n’a été épargné’

Londres, 6 Octobre – Dans son article publié le 4 octobre dans le National Post, Mostafa Naderi écrit au sujet de son soulagement lorsqu’il a appris que le professeur irano-canadien Homa Hoodfar avait été libérée de la prison d’Evin, et a quitté l’Iran en toute sécurité. « J’ai une connaissance de ce qu’elle a traversé, » a-t-il déclaré.

Naderi a été condamné à 11 ans de prison, en 1981, pour opposition politique et pour activités liées aux droits de l’homme. Comme nous le savons maintenant, son emprisonnement a eu lieu à un moment de grand bouleversement, et si ce n’était pas grâce à une série d’évènements heureux, il aurait pu être une des 30.000 victimes du massacre des prisonniers politiques en Iran en 1988.

A 17 ans, Naderi a été arrêté pour avoir supporté et vendu la publication de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI/MEK). Sept ans plus tard, en 1988, il a été transféré à l’hôpital de la prison pour le traitement de ses pieds, qui avaient été blessés au cours d’une flagellation. « Quand j’ai repris connaissance, » a-t-il dit, « un autre prisonnier m’a dit que mon nom avait été appelé par les autorités à plusieurs reprises. ‘Qui me cherchait ?’ ai-je demandé. Je n’avais pas immédiatement compris ce qui se passait, mais quand je suis retourné dans ma cellule et que j’ai vu 60 autres prisonniers debout dans la salle, j’ai commencé à reconstituer les morceaux. »

L’Ayatollah Ruhollah Khomeini avait publié une fatwa ordonnant le massacre des prisonniers politiques, particulièrement les militants de l’OMPI. Ces 60 prisonniers avaient été exécutés. « Personne n’a été épargné – personne, » a-t-il affirmé.

Il a appris plus tard que Khomeini avait dépêché des Comités d’Amnistie, également connus comme les escadrons de la mort, dans les prisons, qui devraient demander à chaque prisonnier politique son appartenance. Ceux qui ne s’étaient pas repentis de leurs anciennes activités politiques et ne s’étaient pas totalement soumis à la théocratie avaient été accusés de « guerre contre Dieu. »

 

Lire l'article complet