Iran : Arash Sadeghi sous torture après avoir mis fin à la grève de faim

Iran : Arash Sadeghi sous torture après avoir mis fin à la grève de faim

Le mardi 3 janvier, Golrokh Ebrahimi Iraei, prisonnière politique iranienne condamnée à 5 ans d'emprisonnement mais récemment libéré de prison sur permission, a déclaré dans une interview : « Ils ont reconnu qu’il y a eu infraction en ce qui concerne mon cas. Le procureur l’a admis. »

« Nous n'étions aucunement en quête d’un congé, et selon la loi du régime, si un tiers de la peine d'une personne n'est pas passée, il ou elle n'est pas admissible pour un congé. Nous ne voulions pas que cela se produise, mais l'état de santé d'Arash était très grave et je n'avais pas d'autre choix que de finalement quitter la prison. Ils ont déclaré qu’Arash serait transféré à l'hôpital et le bureau du procureur l'a accepté et a émis une lettre et un mandat. Alors, j'ai quitté la prison sur permission, mais jusqu'à 20 heures, quand Arash nous a contactés, nous savions qu'il était toujours en prison et n'avait pas été envoyé à l'hôpital », a-t-elle ajouté.

Selon les rapports, l'état de santé d'Arash a été très critique après 72 jours de grève de la faim, mais même après avoir mis fin à la grève à cause des vomissements et de violentes douleurs à l’estomac ainsi que de toux avec caillots de sang, le mercredi 4 janvier, il a été transféré à l'infirmerie de la prison d'Evin, au lieu de l'hôpital, et est retourné à la section 8 de la prison après avoir reçu des injections de médicaments anti-vomissements et pour la douleur d'estomac. Il souffre des complications de 72 jours de grève de la faim et doit recevoir un traitement médical à l'hôpital.