Le grand rassemblement de la diaspora iranienne à Villepinte : Un référendum pour un changement de régime en Iran

Rassemblement de la Résistance iranienne à Villepinte : Un référendum pour un changement de régime

Un dénominateur commun : la liberté

Des dizaines de milliers de personnes se rassembleront à Villepinte le 1er juillet prochain pour un « Iran libre et démocratique » et contre le « bellicisme des mollahs dans la région ». Les participants sont issus de générations et d’horizons géographiques, sociaux, culturels et politiques extrêmement différents. Des femmes militantes, des jeunes fraîchement arrivés d’Iran ou encore des représentants de minorités religieuses sont soutenus par de nombreuses personnalités politiques. Leur objectif commun ? Une république laïque et pluraliste, l’arrêt du financement des guerres dans la région, l’égalité entre les hommes et les femmes et la LIBERTÉ.

Ce rassemblement annuel a lieu afin que les Iraniens puissent s’exprimer en toute liberté, hors de portée de la dictature religieuse du régime. Les participants sont de plus en plus nombreux chaque année.

Un rassemblement de grande ampleur

Depuis plusieurs années, le Conseil national de la Résistance mobilise et sensibilise des dizaines de milliers de personnes du monde entier à la cause iranienne. Maryam Radjavi, présidente élue du CNRI, a contribué à mettre en place un front anti-intégriste et de soutien à la liberté en Iran, qui reflète parfaitement la diversité culturelle, sociale, religieuse et ethnique de l’Iran.

Le prochain rassemblement de Villepinte sera diffusé sur la chaine « Iranian National Television » et sur Internet (iranntv.com), et sera suivi avec attention dans le monde entier et plus particulièrement en Iran. En effet, la campagne des cellules de Résistance à l’intérieur du pays autour de l’élection s’est prolongée jusqu’au rassemblement. Des milliers d’Iraniens, armés de bannières, de tracts et d’affiches de la Résistance, risquant la prison ou même la mort, poursuivent leur lutte acharnée pour la liberté dans le pays même pour faire entendre la voix de la Résistance et du changement démocratique. Lors du rassemblement de l’année dernière, des messages de soutien de prisonniers politiques avaient même été reçus.

Un rassemblement hautement symbolique

L’élection présidentielle de mai dernier a vu s’affronter deux membres du régime impliqués dans de terribles crimes, et le peuple iranien n’a eu aucune possibilité de réellement choisir le prochain président. En effet, les candidats aux élections sont présélectionnés et les Iraniens pouvaient uniquement choisir entre les caciques du régime. Même s’ils avaient la possibilité de choisir le candidat de leur choix, c’est le Guide suprême qui exerce les pleins pouvoirs en Iran. Les mollahs, redoutant un soulèvement de la population, essayent tant bien que mal d’occulter leurs sinistres méfaits et d’empêcher les révoltes. Mais la candidature d’Ebrahim Raïssi aux élections, un ancien membre de la commission de la mort chargée du massacre de milliers de prisonnier politiques en 1988, a ravivé la colère de la population.

Par conséquent, le peuple iranien ressent plus que jamais le besoin de se faire entendre et d’exercer une souveraineté populaire, droit dont il est privé depuis 38 ans. Face à un régime ruiné par les guerres et ingérences au Moyen-Orient, isolé sur la scène internationale et affaibli par ses conflits internes, les Iraniens demandent une alternative pour renverser la dictature intégriste. Et le rassemblement du 1er juillet à Villepinte prend des airs de référendum pour un changement de régime.