Iran : publicité choquante, les gens mettent leurs reins en vente à cause de la pauvreté

Iran : publicité choquante, les gens mettent leurs reins en vente à cause de la pauvreté

Un média officiel, le site web Mashregh News, a publié un extrait d’une brochure dans laquelle on faisait la publicité pour la vente de reins. En raison de son indigence et de ses problèmes financiers, un couple souhaitait vendre ses reins et des prélèvements de moelle épinière.

Une déclaration a également été publiée sur des pancartes au bord de la route où on pouvait lire : « un couple cherche désespérément à vendre ses reins et sa moelle épinière à cause de problèmes financiers. Le test est prêt. Les groupes sanguins sont O+ et A+. »

De plus, les ouvriers d’une usine de cuivre située au sud-est de l’Iran ont annoncé qu’ils allaient tous vendre leurs reins à cause de problèmes financiers.

Le jeudi 24 août 2017, une grande banderole installée sur la route de l’usine Chahar-Gonbad à Sirjan (dans la province de Kerman) a attiré l’attention des passants. Il était écrit sur la banderole : « De nombreux ouvriers de la l’usine de cuivre Chahar-Gonbad vendent leurs reins à cause de problèmes financiers et de la pauvreté. »

L’Iran est le seul pays au monde dans lequel la vente d’organe est légale. Le ministre de la Santé, Seyed Hassan Hashemi a annoncé qu’il y avait 50 unités d’approvisionnement d’organes en Iran.

Le ministre de la Coopération, du Travail et de la Sécurité sociale, Ali Rabiï, a souligné que le nombre de patients sous dialyse avait augmenté en Iran et que tous les ans, 5 000 personnes étaient ajoutées à la liste.

À la suite de l’explosion du marché d’organes, les gangs mafieux se sont introduits sur le marché en vendant et achetant des enfants. Un membre du conseil de la ville de Téhéran, Fatemeh Daneshvar a reconnu le 1er juillet 2017 que des gangs vendaient et achetaient des enfants à Téhéran, affirmant : « Dans la plupart des cas, les enfants disparaissent et leurs organes sont revendus au marché noir. Peu de temps après, leurs corps sont retrouvés dans le désert sans reins ni yeux. » (Fars News)

Malgré le fait que le ministre de la Santé ait déclaré que « la vente de reins est inappropriée », un membre de la commission pour la santé du parlement s’est justifié le 27 février 2017 : « Beaucoup de gens ne vivent qu’avec un rein. » Et a ajouté : « Je ne vois pas où est le problème dans le fait que les pauvres vendent un rein pour gagner 20 à 30 millions de tomans (6000-9000 dollars). »

Selon les chiffres, 10 millions de personnes vivent dans la pauvreté absolue en Iran. Le revenu de 60 % de la population est en dessous du minimum vital.

Ceci se passe alors que les mollahs allouent des milliards de dollars à l’exportation du terrorisme et de l’intégrisme et au financement de la guerre dans la région, notamment en Syrie, en Irak, au Liban et au Yémen, pour maintenir leur régime en place par tous les moyens, au lieu de les affecter à l’amélioration des conditions de vie des Iraniens.