11222017Mer

Iran : un système bancaire défectueux - responsable

Iran : un système bancaire défectueux - responsable

Le conseiller du président du régime iranien a reconnu les lacunes du système bancaire iranien, déclarant : « Nous avons le système bancaire le plus faible au monde, et si le gouvernement est incapable de réparer ce système défectueux, la production sera difficile dans le pays. »

Akbar Turkan, conseiller d’Hassan Rohani et secrétaire du Conseil suprême des Zones franches économiques, a expliqué : « Si nous voulons comparer nos systèmes de gestion à ceux des pays industrialisés, nous avons des lacunes dans le domaine de la technologie, de l'industrie, de la biotechnologie et de l’industrie spatiale (…) Mais pour ce qui concerne le système bancaire, nous avons le système bancaire le plus en retard et sommes très loin par rapport au reste du monde. La population doit payer 28% d'intérêt pour les facilités et les services bancaires. »

« Dans cette situation, notre système bancaire n'encourage pas la production », a-t-il ajouté, déclarant qu'il ne peut pas y avoir des affaires dans le pays avec un taux d’intérêt de 28 pourcent.

Le conseiller économique a déclaré : « Il y a trois piliers altérés dans notre système bancaire qui n'existaient pas dans le droit bancaire sans usure. L'intérêt de dépôt fixe, l’intérêt sur les prêts et les intérêts sur les comptes courants. Et par conséquent, les banques augmentent les prix des services qu'elles fournissent. »

Rappelant que le taux d’intérêt de 28% appliqué par les banques sur le remboursement de prêt est irréaliste et que le montant réel est bien plus élevé, Turkan a expliqué : « Avant de bénéficier des services bancaires, vous devez laisser une partie de votre argent entre les mains des banques, et en retour, si le profit est calculé, l’intérêt des banques sur le prêt sera beaucoup plus élevé (…) Si le gouvernement échoue à réparer ce système défectueux, la production sera problématique dans le pays ».