11202017Lun

La théocratie iranienne poursuit son programme balistique

La théocratie iranienne poursuit son programme balistique

Avec agences - "Nous allons continuer avec toutes nos forces notre programme balistique", a affirmé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bahram Ghassemi, à la télévision d'Etat. "Notre politique dans le domaine militaire et balistique (...) concerne nos affaires intérieures. Les autres pays n'ont pas le droit de s'y ingérer."

Condamnant samedi, les nouvelles sanctions adoptées par le Congrès américain contre l’Iran et en particulier les Gardiens de la révolution, ce porte-parole a ajouté : "Nous condamnons l'action hostile et inacceptable" des Etats-Unis.

Deux jours après la Chambre des représentants, le Sénat a adopté jeudi à la quasi-unanimité (98 voix contre deux) un projet de loi pour imposer des sanctions contre la Russie, l'Iran et la Corée du Nord.

Dans le cas iranien, ces sanctions concernent son programme balistique, les droits de l'Homme et le soutien de Téhéran à des « groupes terroristes » comme le Hezbollah libanais. Les Gardiens de la révolution sont particulièrement visés par ces nouvelles mesures.

Pour Ghassemi, cette "loi concerne les sanctions non-nucléaires (...) mais vise à affaiblir l'accord nucléaire" conclu le 14 juillet 2015 à Vienne entre l'Iran et les grandes puissances, dont les Etats-Unis.

La réaction iranienne intervient alors que les Etats-Unis et leurs alliés européens ont nettement haussé le ton vendredi contre l'Iran, en sommant Téhéran de cesser ses tirs de missiles balistiques, au lendemain d'un essai de lanceur de satellites par la régime des mollahs iraniens.

Le porte-avions Nimitz le 18 juillet 2017 dans le Golfe du Bengal, dans une photo diffusée par l'US Navy ( Navy Office of Information/AFP/Archives / Cole SCHROEDER )

Dans un contexte de fortes tensions américano-iraniennes depuis l'arrivée au pouvoir de M. Trump, le Trésor américain a également imposé de nouvelles sanctions contre ce programme.

Dans un communiqué diffusé par le département d'Etat, Washington, Paris, Londres et Berlin ont "condamné" le test iranien, jeudi, d'un lanceur de satellites et appelé Téhéran à "ne plus procéder à d'autres lancements de missiles balistiques".

Aux yeux des Américains et des Européens, ce programme balistique "reste incompatible avec la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l'ONU (votée en 2015 après l'accord nucléaire) et a un impact déstabilisateur dans la région".

Mais cette résolution "appelle (aussi) l'Iran à ne pas entreprendre d'activités liées à des missiles balistiques et capables de porter des armes nucléaires".

Dans ce contexte tendu, un nouvel incident a opposé vendredi après-midi des navires américains et des bateaux iraniens dans le Golfe, après un précédent mardi, selon un communiqué des Gardiens de la révolution publié sur leur site officiel.

Selon le communiqué, l'incident s'est produit entre le porte-avions Nimitz et les navires l'accompagnant d'un côté, et des frégates iraniennes équipées de missiles de l'autre.

Mardi, un patrouilleur de la marine américaine a tiré des coups de semonce contre un vaisseau iranien des Gardiens de la révolution islamique, qui s'était approché à moins de 140 mètres, avait indiqué un responsable américain de la Défense.