11232017Jeu

L’ anniversaire de la Révolution antimonarchique en Iran sur France Culture

L’ anniversaire de la Révolution antimonarchique en Iran sur France Culture

Mediapart - Par P. Maurel: Jeudi 12 Février, avait lieu, sur France Culture, une émission d'une journée, organisée en direct de Téhéran, et consacrée au 36 anniversaire de la Révolution antimonarchique iranienne. Cette émission a été l'occasion de confronter les auditeurs de France Culture à la propagande du régime iranien, qui trouvait là une possible caisse de résonnance pour faire passer son message, avec des protagonistes souvent plus proche de la complaisance avec le régime, que de critiques véritables, quand ils n'étaient pas des relais du régime en place.

Le discours intégriste était mis en évidence à travers une vision totalitaire du monde musulman, incarné par la République Islamique d'Iran, cherchant une confrontation permanente avec l'occident, jugé coupable de les maltraiter, et aux antipodes d'un islam tolérant, inscrit dans la modernité et sécularisé, et respectueux aussi bien des croyants que des non croyants. Ainsi, pour certains protagonistes de la République Islamique d'Iran, les attentats de Janvier, à Paris, seraient le fruit d'une politique occidentale hostiles aux musulmans, qui se seraient sentis insultés par les dessins de Charlie Hebdo. L'antisémitisme latent, certes moins virulent que celui d'Amaninedjad,et ses diatribes contre l'Etat hébreu, se manifestait par un négationnisme persistant concernant le phénomène de la shoah, et comme une réaction à l'égard d'une politique occidentale, en général, soupçonnée de prôner le " deux poids , deux mesures ", en matière de politique étrangère.

Un discours anti impérialiste était également présent, expliquant que l'Iran s'était beaucoup développé depuis trente ans, qu'une politique accélérant l'urbanisation du pays s'était instauré pendant les trois dernières décennies, augmentant de manière importante le PIB global du pays, et que le développement indépendant d'un grand pays comme l'Iran, pouvait constituer une alternative, au Moyen Orient, aux effets néfastes de groupes sectaires comme DAECH. La critique du régime intégriste de la République Islamique d'Iran ne résidant que dans la présence d'un nombre d'exécutions élevées, notamment rapportée au nombre d'habitants. En revanche, les quelques reportages entendus ici ou là ne semblaient pas insister sur la pratique très dure, et très rigoriste de la Charia , en Iran, source d'un véritable apartheid sexuel à l'égard des femmes.

L'émission mettait même en avant l'une des réussites culurelles de l'Iran d'aujourd'hui, comme le cinéma iranien contemporain, toléré par le régime, sans mentionner le fait que cet art constituait pour les iraniens une forme de résistance de la société civile contre l'intégrisme au pouvoir, et sans mentionner le fait que de nombreux artistes iraniens travaillent dans la clandestinité ou peuvent être interdits d'activité, officiellement. Sur la question des femmes, bien évidemment, il n'était pas fait mention des nombreuses attaques à l'acide, contre des femmes iraniennes, au printemps dernier, par des éléments incontrôlés, probablement proches du régime, et qui n'ont toujours pas été sanctionnés aujourd'hui.

Dans un discours prononcé, à l'occasion de ce 36e anniversaire de la Révolution antimonarchique iranienne, Maryam Radjavi, dirigeante de l'OMPI, a tenu à rappeler que cette révolution avait été récupérée puis volée et détournée par l'Ayatollah Khomeiny, qui avait trahi les aspirations du peuple et de la jeunesse à la liberté., lors du renversement du Shah, en 1979. Selon elle, les mollahs n'ont fait qu'imposer l'intégrisme islamiste et le terrorisme, tant à l'intérieur, qu'à l'extérieur de l'Iran. Selon elle, l'occident ne doit pas faire alliance avec la République Islamique d'Iran, dans la lutte contre Daech, et elle voit d'un mauvais oeil la présence et l'influence de la République Islamique d'Iran en Irak et en Syrie.

Elle a dénoncé le marasme économique que vit actuellement l'Iran , avec un chômage de masse qui s'est décuplé, une récession persistante, et une pauvreté galopante, dûe selon elle à une intransigeance politique des mollahs, qui dilapident les richesses du pays dans la mauuvaise direction.

Elle a loué l'esprit de Résistance de l'OMPI, qui, depuis trois décennies, faisant corps, selon elle, avec l'esprit de Résisatnce du peuple iranien, contre l'oppresssion intégriste des mollahs. Son organisation avait été à la pointe des aspirations à la liberté, même lors du renversement du shah, et qu'elle s'était opposée dès le début à la chape de plomb imposée par Khomeiny.
Elle a souhaité un Iran prochainement favorable à l'égalité des sexes, à la démocratie, et tournant le dos au nucléaire, prêonant un islam tolérant, soucieux du pluralisme, et ancré dans la modernité.