11232017Jeu

Wikipédia : Amir Kabir , (env.1807 – 9 janvier 1852) était le chancelier de l'empire de Perse sous le règne de Nasseredin Shah. Son père, Karbalaï Ghorban, était cuisinier au service du chancelier Gha'em-Magham Farahani, ce qui permit à Mirza Taghi Khan (Amir Kabir) d'apprendre le fonctionnement de la cour.

Wikipedia - Les réformateurs persans du XIXe siècle, que l'on peut considérer comme la première génération d'intellectuels iraniens, ont pris conscience qu'il n'était pas suffisant de s'appuyer sur les principes de l'antique civilisation persane pour survivre. Ils ont essayé d'entrer en contact avec leurs dirigeants pour suggérer des réformes, mais ces efforts sont restés vains, et ces intellectuels ont dû affronter l'hostilité de la cour et des oulémas.

 

WIKIPEDIA : L'histoire des sciences modernes en Iran remonte à 1851 et à l'établissement de Dar-ol Fonoun, le premier établissement d'étude supérieures en Perse, fondé grâce aux efforts de Amir Kabir pour former des experts iraniens dans tous les domaines scientifiques. C'est ensuite Abbas Mirza qui, le premier, envoya des étudiants iraniens en Europe pour qu'ils y obtiennent une formation occidentale.

WIKIPEDIA: Le Mouvement Jangal - Son fondateur, Mirza Kuchak Khan est né sous le nom de Jonas (Younes) dans la ville de Rasht au nord de l'Iran en 1880. Fils de Mirza "Bozorg" (signifiant « grand » en persan), il fut surnommé Mirza "Kuchak" (signifiant « petit »). Il étudie la théologie (c'était quasiment la seule éducation formelle à l'époque) afin de devenir membre du clergé à Jame Rasht puis dans les écoles Mahmudiyeh à Téhéran. À la veille de la révolution constitutionnelle de l'Iran, il abandonne ses études pour suivre le mouvement, comme le reste de l'intelligentsia et des gens ordinaires qui s'impliquaient alors beaucoup en politique.

WIKIPEDIA: La Révolution constitutionnelle de l'Iran (aussi appelée Révolution constitutionnelle persane) contre le règne despotique du dernier chah Qajar commença en 1905 et dura jusqu'en 1911. Elle eut pour conséquence la fondation d'un parlement en Iran. Le mouvement, cependant, ne fut pas fini avec la révolution et fut suivi du Mouvement constitutionnaliste du Gilan.

 --------------------------------------------------------------------------------

WIKIPEDIA: La Révolution constitutionnelle de l'Iran (aussi appelée Révolution constitutionnelle persane) contre le règne despotique du dernier chah Qajar commença en 1905 et dura jusqu'en 1911. Elle eut pour conséquence la fondation d'un parlement en Iran. Le mouvement, cependant, ne fut pas fini avec la révolution et fut suivi du Mouvement constitutionnaliste du Gilan.

La révolution constitutionnelle d'Iran était le premier évènement dans son genre au Moyen-Orient. La révolution ouvrit la voie à des changements importants en Perse, ouvrant ainsi l'ère moderne. Elle vit une période de débats sans précédent dans une presse bourgeonnante.

La révolution créa de nouvelles opportunités et offrait un futur pour l'Iran qui apparaissait sans frontières. De nombreux groupes différents se battirent pour définir la forme finale de cette révolution, et toute la société fut finalement changée d'une manière ou d'une autre par cette révolution.

L'ordre ancien, pour lequel Nasseredin Shah et ses successeurs s'étaient battus, fut finalement dépassé pour être remplacé par de nouvelles institutions, de nouvelles formes d'expression et un ordre social et politique nouveau.

 
La Révolution constitutionnelle et la Première Guerre mondiale

En 1901, le chah accorde une concession de soixante ans pour toutes les réserves pétrolières à l'Anglo-Persian Oil Company. La situation se détériore et le peuple demande à disposer d’une assemblée. En janvier 1906, 10 000 personnes se réfugient à l’ambassade britannique et le chah est forcé de signer en août un décret promettant l’établissement d’une constitution. En octobre 1906 est fondée la Majles, « Parlement ». La Révolution constitutionnelle marque la fin de la période médiévale en Iran.

Bien que tournée vers la modernisation et la laïcisation du pays, la Révolution est paradoxalement soutenue par les mollahs chiites, qui ne sont pourtant pas en position de force[31]. La contradiction éclate en 1907, le Sheikh Fazlollâh Nuri, qui soutenait au début les Constitutionnalistes, se retournant contre eux[31], et les désignant en tant qu'« apostats ». Le cheikh Nuri s'allie alors au chah, avant d'être arrêté et exécuté par les révolutionnaires en 1909. Il sera célébré en tant que martyr par la fraction la plus conservatrice du clergé chiite après la Révolution de 1979.

La Révolution constitutionnelle a des difficultés à atteindre ses buts à cause de la convention anglo-russe de 1907 qui partage le pays en deux sphères d’influence, le nord aux Russes et le sud aux Britanniques.

La monarchie constitutionnelle reste encore fragile : Mohammad Ali Shah fait bombarder la Majles en juin 1908 par la brigade cosaque persane dirigée par des officiers russes, puis fait fermer l’assemblée. Cela ravive la résistance au chah dans des villes comme Tabriz, Rasht, Ispahan et ailleurs. Les forces constitutionnelles marchent depuis Rasht et Ispahan sur Téhéran, déposent le chah, exilé en Russie, qui est remplacé par son fils Ahmad Shah Qajar, et remettent en place la constitution Sepahsalar Tonekaboni devient alors Premier ministre (octobre 1909-juillet 1910). Cette victoire des forces constitutionnelles est cependant de courte durée puisque le chah reprend son trône en 1910 grâce au soutien russe.

La Première Guerre mondiale est une période voyant grandir l’influence des Britanniques qui sont de plus en plus intéressés par le pays après la découverte de pétrole dans le Khuzestan en 1908. Ils essaient d’imposer l’accord anglo-persan en 1919, qui est refusé par le Parlement. Peu de temps après, l’officier de la brigade des cosaques Reza Khan prend le pouvoir à Téhéran et devient quatre ans plus tard Reza Shah Pahlavi, faisant entrer l’Iran dans une nouvelle phase de son histoire.

 Il écrase la rébellion du Gilan, mouvement nationaliste se situant dans le prolongement de la Révolution constitutionnaliste, qui créé l'éphémère République socialiste du Gilan (1920-1921) avec l'aide de l'Armée rouge. Cependant, le chef du mouvement, Mirza Kuchak Khan, se brouille avec le Parti communiste iranien, tandis que l'URSS signe un traité avec Londres en 1921, acceptant de se retirer de l'Iran, ce qui affaiblit la République du Gilan.

Parallèlement, un groupe d'intellectuels en exil à Berlin, bénéficiant d'une large audience parmi l'élite iranienne, fonde le nationalisme iranien moderne, prônant l'occidentalisation du pays et sa laïcisation. Il inclut des anciens leaders de la Révolution constitutionnaliste, tels que Hasan Taquizâda (1878-1970) ou Mahmud Afshâr (père de l'iranologue éminent Iraj Afshar, qui inaugure en 1925 la revue Âyanda à Téhéran.