11212017Mar

Avec l’AFP - Quelques semaines avant le vote décisif du Congrès américain sur l’accord avec l’Iran, prévu mi-septembre, le candidat républicain Donald Trump, très bien placé dans les sondages, a attaqué une nouvelle fois la politique du président Barack Obama. Dans le cadre de sa campagne électorale dans l’Etat de l’Iowa, Trump a déclaré devant ses partisans « qu’il fallait adopter une ligne bien plus agressive à l’encontre de la République islamique ».

Le 3 aout, au Club de Presse de Washington, était organisée une table ronde qui a donné la parole à trois voix critiques sur l'accord nucléaire avec l'Iran.
Olli Heinonen, un ancien fonctionnaire de l'Agence internationale de l'énergie atomique et professeur à l'Université de Harvard, a évalué les détails techniques de l'accord nucléaire conclu le 14 Juillet dernier.

Iran Focus - Le Congrès américain votera à la rentrée parlementaire, avant le 17 septembre, sur une résolution de désapprobation de l'accord nucléaire signé par les Etats-Unis et les grandes puissances avec l'Iran. Une telle résolution, si elle était adoptée, empêcherait Barack Obama d'ordonner la suspension des sanctions américaines contre Téhéran, comme le prévoit l'accord en contrepartie des concessions iraniennes sur le nucléaire.

Suite à l'accord annoncé le 14 juillet à Vienne sur le programme nucléaire iranien, Maryam Radjavi, la Présidente élue du Conseil national de la résistance iranienne estime que, malgré ses lacunes et les concessions injustifiables accordées à la dictature religieuse, cet accord passé entre le régime des mollahs et les P5+1 est un recul imposé et un dépassement des lignes rouges annoncées par Khamenei (le Guide suprême du régime des mollahs). Lignes rouges sur lesquelles il n’a cessé d’insister pendant douze ans, notamment ces dernières semaines.

Reuters - VIENNE, 14 juillet – Principaux développements de la crise liée au programme nucléaire iranien:
EN AOÛT 2002, un groupe d'opposants en exil, le Conseil national de la résistance iranienne, dénonce l'existence de sites nucléaires clandestins d'enrichissement de l'uranium à Natanz et d'une centrale nucléaire à eau lourde à Arak.