11202017Lun

Iran : pourquoi il est impossible de lui faire confiance sur la question nucléaire

Leplus.nouvelobs: Par Vahid Nick Pay, chercheur en sciences politique -  Après des années de franche hostilité et de menaces réelles de conflits, l’Occident et l’Iran semblent avoir ouvert une nouvelle voie à la réconciliation.

 

Ce rapprochement marquerait surtout une transition idéologique significative au sein de la théologie politique iranienne jusqu’ici basée sur les principes de raison de foi et qui semblerait basculer vers un réalisme de raison d’État.

 

Toutefois, les fondamentaux idéologiques de la République islamique présentent un niveau d’antagonisme tel qu’à eux seuls, ils feraient vite oublier ces sourires et poignées de main de façade.

Un prosélytisme islamique constitutionnel

Intéressons-nous d’abord à la constitution de la République islamique dont le préambule appelle à une promotion mondiale des valeurs de l’islam, à une unification des musulmans, et à un soutien sans limite à tous les "opprimés" du monde, en combattant activement "à l’intérieur et à l’extérieur du pays" les puissances dominatrices, clairement identifiées comme les pouvoirs hégémoniques de l’impérialisme international et leurs alliés régionaux.

 

Ce concept majeur apparaît à nouveau dans le paragraphe consacré au rôle de l’armée de la RI et révèle à nouveau l’importance de la religion et de l’idéologie dans la formation de l’appareil militaire. Il souligne et proclame que le rôle des forces armées iraniennes ne devrait pas être limité à la protection des frontières nationales mais qu’il devrait surtout servir à répandre la parole de Dieu sur terre et à mener le combat idéologique millénaire qui facilitera la venue de l’Imam caché et qui concrétisera ainsi la prééminence de l’idéologie islamique.

 

Une confiance réciproque difficile à établir

 

Une rapide comparaison de la constitution iranienne avec celles de régimes totalitaires similaires suffit à révéler un incroyable potentiel d’hostilité que l’on serait bien en peine de trouver dans quel qu’autre système politique révolutionnaire que ce soit.

 

La constitution Nord-Coréenne par exemple ne présente pas de telles déclarations ouvertement hostiles. Son préambule insiste d’ailleurs sur les réalisations de cette idéologie en matière de "paix dans le monde et d’amitié entre les peuples".

 

En fait, dans le préambule de la Constitution iranienne, le rejet total de toutes les doctrines non-islamiques, qu’elle qualifie de corrompues et décadentes, ne laisserait en théorie qu’une place infime à la reconnaissance d’autres convictions. Bien que le texte ne prône pas directement d’action militaire, il pourrait bien inspirer différents conflits idéologiques qu’il serait difficile de régler sous les feux d’une condamnation doctrinale inflexible issue d’un dogme religieux.

 

Il va sans dire que ces déclarations révolutionnaires doivent être lues sous l’éclairage d’une propagande idéologique et sentimentaliste alimentée par de nombreuses blessures de l’histoire. Toutefois, ces proclamations ne contribuent pas à créer une confiance réciproque encore moins à établir les prérequis nécessaires au débat d’idées qui appelle parfois à de véritables compromis entre points de vue potentiellement divergents.

 

Le monde parallèle de la République islamique

Voir Suite: