11242017Ven

LeMonde.fr: Par Nader Nouri* - La "bête immonde" a-t-elle resurgi cette fois sur les terres d'une civilisation ancienne, celle de la Perse ? De toute évidence, la réponse est affirmative. Rarement dans l'histoire récente, les droits humains fondamentaux des hommes, et surtout des femmes, ont été si violemment piétinés et de manière si flagrante, si éhontée au nom de la… religion !

Iran Focus: Par François Colcombet* : Une constitution théocratique -  A la différence de la plupart des ses voisins, l’Iran est une nation très ancienne et homogène dont la culture et la langue ont résisté à celle de ses envahisseurs. A nos jours encore le persan est la langue officielle même si selon l'article 16 de la constitution, l'arabe doit être enseigné  "dans la mesure où il est la langue du Coran." De leur longue histoire les Persans devenus Iraniens, ont conservé l’expérience du pouvoir mais aussi celle de la résistance à l'oppression.

 

Reuters: Par Pariza Hafezi - Un an après la réélection contestée du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, les conservateurs tiennent fermement un pays où les problèmes économiques et la crise nucléaire semblent plus dangereux pour le pouvoir qu'un mouvement réformateur en perte de vitesse.

The Wall Street Journal: Par Alejo Vidal-Quadras* - L'Union européenne a été l'un des principaux responsables pour faciliter les progrès nucléaires de l'Iran. En particulier, ancien haut représentant pour la politique étrangère de l'UE, Javier Solana, ainsi que les anciens ministres britanniques, français et allemand des Affaires étrangères Jack Straw, Dominique de Villepin et Joschka Fischer, qui ont beaucoup à se reprocher.