11242017Ven

La politique de complaisance d’Obama concernant I’Iran a été un échec

La politique de complaisance  d’Obama concernant I’Iran a été un échec

Le site web de journalisme Washington examiner a publié un article d'opinion d’Amir Basiri intitulé : « Les huit années d'échec d’Obama avec l’Iran » dans lequel après avoir critiqué la politique fallacieuse de l'administration Obama, il poursuit en déclarant : « S’il y a une chose à apprendre des huit dernières années, c’est que l'apaisement du régime fondamentaliste au pouvoir en Iran n'aboutira jamais à des résultats positifs. Une approche cloisonnée qui ne fera que rendre compte d'une partie des problèmes causés par Téhéran ne le fera pas non plus. »

Voici le texte intégral de la tribune :

Il y a huit ans, lorsque le président Obama a pris ses fonctions, il a choisi de fonder sa politique du Moyen-Orient sur le fait d’atteindre le régime iranien et de lancer un nouveau cycle de dialogue et de rapprochement.

L’on estimait qu'une politique fondée sur l'apaisement et les concessions pourrait transformer un régime réputé pour sa quête d'armes nucléaires, et connu comme un parrain du terrorisme, un exportateur du fondamentalisme et un ennemi déclaré des États-Unis en un allié qui pourrait aider Obama à résoudre les nombreuses crises qui secouent le Moyen-Orient.

Les huit dernières années ont prouvé que cette politique était un échec total. Avec Obama actuellement sortant, son seul accomplissement a été le Plan Global d’Action Conjoint, un accord provisoire qui freine les ambitions nucléaires de l'Iran d'une manière limitée. L'accord est réversible, ne dispose pas de garanties fiables et dépend principalement d'une série constante de concessions à Téhéran et de la promesse des mollahs au pouvoir de rester fidèles à leur parole.

Le reste laisse beaucoup à désirer.

Réticent à éviter de chasser les mollahs de la table de négociation et de l'accord nucléaire, Obama a choisi de donner à Téhéran une main libre dans ses autres activités néfastes.

Par conséquent, alors que les soulèvements populaires ont éclaté en Iran à la suite des élections truquées de 2009, l'administration Obama a choisi de rester à l'écart et d'éviter de soutenir le cri du peuple iranien pour la démocratie.

Tout en désenchantant les masses qui s'attendaient à ce que la communauté internationale se tienne de son côté contre l'injustice, le mouvement a également encouragé le régime des mollahs à continuer à réprimer son propre peuple en toute impunité.

En conséquence, pendant le mandat d'Obama, la situation des droits de l'homme en Iran s’est fortement dégradée, sous les deux administrations prétendues « radicale » et « modérée ». L'Iran a connu une montée sans précédent des exécutions sous le président iranien Hassan Rohani et reste le détenteur du record des exécutions par habitant.

Obama a également décidé d'accorder une marge de manœuvre au régime des mollahs dans la poursuite de son programme régional, de peur qu'il s'éloigne de l'accord nucléaire. Cela a coûté aux États-Unis leurs alliés régionaux et à des centaines de milliers de personnes leurs vies.

Le vide laissé par le retrait précipité et prématuré des troupes américaines de l'Irak a permis au régime des mollahs de pratiquement reprendre le contrôle des institutions politiques et militaires du pays, annulant toutes les mesures prises afin d’unir le pays, creusant un fossé dans la fracture sectaire irakienne et ouvrant la voie à la réapparition de l'Etat islamique.

Ailleurs en Syrie, la lutte du peuple pour évincer la dictature gouvernant son pays s'est prolongée dans une crise de cinq ans qui a conduit à la mort de 500.000 Syriens, en grande partie, en raison de l'intervention du régime des mollahs et de ses efforts pour renforcer le régime du président syrien Bachar Assad grâce à des troupes et du ravitaillement. De nouveau, le tumulte de l'administration Obama et son retrait de la promesse d'intervenir à la suite de l'horrible attaque chimique d'Assad contre une banlieue de Damas, ont poussé le régime des mollahs à redoubler d'efforts et à attirer la Russie dans la mêlée.

Malgré la présomption de l'administration Obama selon laquelle Téhéran finirait par changer de cap en devenant un allié régional des États-Unis dans l'ère post-JCPOA, le régime des mollahs a continué son méfait avec une ferveur renouvelée, alimentée par l'avantage économique qu'il a obtenu après la signature de l'accord. Aujourd'hui, les missiles fournis par l'Iran et les bateaux iraniens rendent le golfe Persique dangereux pour les navires américains.

Au total, huit années d'apaisement et de concessions ont laissé le Moyen-Orient dans le chaos et au bord d'un conflit général qui se propage à travers le monde.

Maintenant, avec un nouveau président prévu pour prendre ses fonctions en janvier, il est temps pour une refonte totale de la politique envers l'Iran et le Moyen-Orient.

S’il y a une chose à apprendre des huit dernières années, c’est que l'apaisement du régime fondamentaliste au pouvoir en Iran n'aboutira jamais à des résultats positifs. Une approche cloisonnée qui ne fera que rendre compte d'une partie des problèmes causés par Téhéran ne le fera pas non plus.

Le régime des mollahs doit être reconnu coupable de la totalité de ses actes néfastes et des mesures concrètes doivent être prises pour lui permettre de rendre compte de ses violations des droits de l'homme et de son programme terroriste dans les pays voisins au lieu de lui donner les moyens de le faire sous prétexte de combattre ISIS.

En attendant, le peuple iranien doit être soutenu dans sa situation difficile pour établir la liberté et la démocratie dans son pays et recevoir le crédit qui lui est dû comme la véritable force capable d'éradiquer l'extrémisme en Iran et, par extension, dans toute la région.

Obama a choisi les mauvais combats et les mauvais côtés au détriment du peuple iranien, des nations du Moyen-Orient et des États-Unis eux-mêmes. Espérons que le président élu Trump évite de répéter de telles erreurs.