L'éditorial du Wall Street Journal: Les conséquences de la condamnation de Montazeri en Iran

WSJ, Editorial: 

Un tribunal révolutionnaire iranien a condamné dimanche, Ahmad Montazeri à 21 ans de prison pour une série d’accusations invoquant des motifs de sécurité nationale. L’ecclésiastique de 60 ans purgera à peine six ans selon les normes de la justice des mollahs, en raison de son âge et du statut spécial de sa famille dans l'histoire de la révolution iranienne. Mais sa condamnation est un rappel du fait que le régime demeure avec la même brutalité, même s'il récolte les avantages économiques de son accord nucléaire avec l'Occident.

Le crime de M. Montazeri a été de divulguer des bandes audio qui ont enregistré son père, le grand Ayatollah Hossein Ali Montazeri, dénonçant la répression du régime pendant sa première décennie au pouvoir. L'aîné Montazeri, décédé en 2009, était l'un des fondateurs du régime avec l'Ayatollah Khomeini. Désigné pour succéder à Khomeini en tant que Guide Suprême, Montazeri devint de plus en plus désabusé par la théocratie qu'il avait établie.

La rupture définitive a eu lieu en 1988 lorsque le régime a exécuté des milliers de gauchistes et de partisans du groupe d'opposition des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI/ MEK). L’OMPI avait aidé Khomeini à renverser le Shah en 1979. Mais après la révolution, le nouveau Guide Suprême a entrepris de consolider le pouvoir et de liquider ses anciens alliés.

Montazeri avait dénoncé les exécutions à l'époque, en accusant sur l'enregistrement datant de 1988 les hauts apparatchiks de la sécurité de commettre le « plus grand crime en République islamique, pour lequel l'histoire nous condamnera ». Il a ajouté : « Faites attention à ce que diront les gens d’ici 50 ans quand ils poseront des jugements sur le Guide [Khomeini] et déclareront qu'il était un leader sanguinaire, brutal et meurtrier. »

Pour sa dissidence, Montazeri a été mis à l'écart et a passé une grande partie du reste de sa vie en résidence surveillée. Parmi les hommes avec qui il s’était entretenu il y avait Mostafa Pourmohammadi, qui est maintenant ministre de la Justice dans le gouvernement «modéré» qui a négocié l'accord nucléaire.

Confronté à l'enregistrement cet été, M. Pourmohammadi a déclaré : « Nous sommes fiers d’avoir exécuté le commandement de Dieu à l'égard des hypocrites », en utilisant le sobriquet du régime pour l’OMPI. Cet épisode sur la nature du régime de Téhéran mérite d'être gardé à l'esprit alors que Donald Trump devient le septième président américain à faire face à la menace iranienne.