Le scandale du High Five : les amitiés troubles du parti vert allemand avec l’Iran des mollahs

 

Iran Focus: Le “High Five” de Sheikh Attar, l’ambassadeur des mollahs en Allemagne, avec Claudia Roth, chef du parti Vert allemand, a soulevé l’indignation des allemands et les milieux de l’opposition iranienne. Cette poigné de main particulière que se donnent habituellement les amis intimes, a révélé une proximité entre ces deux  personnages qu’on n’avait pas jusqu’ici soupçonnée le degré. VIDEO

Si Claudia Roth est bien connu pour être un détestable soutien à la dictature iranienne, avec ses multiples voyages en Iran et ses participations régulières aux banquets de l’ambassade iranienne à Bonne, cette intimité à la fois grotesque et sinistre avec un des régimes les plus criminels de notre époque, soulève bien des interrogations.

Le quotidien Die Welt a écrit : « La dirigeante du parti Vert (Claudia Roth) s’est dirigée vers l’ambassadeur de la République islamique d’Iran à Berlin, Ali Reza Sheikh Attar, joyeuse et souriante, en marge de la Conférence sur la Sécurité à Munich, pour lui taper la main à la manière de “High Five” (...) Ce que l’on ne voit pas ici c’est tout le sang qu’il y a sur la main de l’ambassadeur. Sheikh Attar est un confident du président Ahmadinejad. Entre 1980 et 1985, sous le vivant de Khomeiny, il a été gouverneur du Kurdistan et de l’Azerbaïdjan de l’ouest et donc responsable de l’exécution de centaines d’opposants kurdes. »

Les protestations ont été telles que certains cercles dirigeants en Allemagne ont exigé la démission de Mme Roth.

Cette « poignée de main » avec une femme (interdite dans le protocole diplomatique des mollahs !) a aussi engendré une nouvelle querelle au sein du régime des mollahs forçant son ambassadeur a un démenti ridicule : « J’ai levé la main en signe de respect, pas pour serrer la main, et Mme Roth a aussi levé la main. Certes les mains étaient proches, mais il n’y a pas eu de contact ! »

Mais il ne s’est pas arrêté là, ajoutant : « Bien que Mme Roth et le Parti Vert ne soient pas d’accord avec nous sur certaines questions, comme les droits de l’homme, ils sont d’accord avec nous pour dire que les Moudjahidine du peuple [la principale opposition au régime,(OMPI)] sont dangereux et terroristes », et puisque le « quotidien Bild est pro-sioniste et partisan du groupuscule terroriste des Moudjahidine, il voulait montrer sa force à Roth à cause de son opposition aux Moudjahidine et d’autre part il voulait donner de moi une image criminelle en tant qu’ambassadeur iranien ». (Agence de presse Fars affiliée aux des gardiens de la révolution, 10 février 2013).

Claudia Roth et certains de ses collègues du groupe vert au parlement fédéral et au parlement européen, sont en pointe dans l’amitié avec la dictature religieuse au pouvoir en Iran, s’opposant aux sanctions internationales et faisant preuve d’animosité envers l’opposition iranienne, notamment l’Ompi. Ils se sont rendus plusieurs fois dans l’Iran des mollahs, et ne se plaignent jamais du nombre trop élevé des exécutions en Iran ou des châtiments cruel contre les prisonniers, ni la ségrégation sexuelles imposée dans la société par les dirigeants myosines.

De concert avec Monsieur l’ambassadeur, Claudia Roth s’était personnellement investi pour empêcher que les opposants iraniens soient retirés de la liste des organisations terroriste de l’UE.


Deux mois avant le retrait de l’OMPI de la liste terroriste européenne, Claudia Roth s’est efforcée de dissuader les 150 membres du Bundestag qui avaient demandé le retrait de l’OMPI, d’apporter leur soutien à l’opposition démocratique iranienne en répétant les fausses allégations des mollahs contre l’Ompi. (Frankfurter Allgemeine – 28 novembre 2008),

Début avril 2012, les médias de la capitale européenne rapportaient les activités  des amis de  Claudia Roth au Parlement européen en faveur de l’Iran. Le journaliste Frank Demeyer, du Official Wire News, se penchait depuis Bruxelles sur le lobby iranien au sein de la « Délégation des relations avec l’Iran », en présentant sa principale animatrice, Sabine Meyer (Vert allemande), « que les observateurs appellent la ‘dirigeante de facto’ de la Délégation » :

« Cette Délégation et son activité pro-Téhéran remontent à la décennie précédente lorsque l'ambassade iranienne à Bruxelles travaillait ardemment afin de mettre en place une délégation officielle pour les relations avec le Parlement Européen. Créée lorsqu'Ahmadinejad a pris ses fonctions, la Délégation travaille dur depuis pour saper les sanctions internationales contre l'Iran et pour organiser des voyages à Téhéran.
« Sabine Meyer (vert allemand au PE) qui s’est rendue au moins deux fois en Iran ces dernières années, a organisé plusieurs réunions contre les réfugiés du camp d'Achraf en Irak qui sont membres de la principale force d’opposition au régime des mollahs, l'OMPI. »

Le fan club des mollahs s’affaire en coulisses pour secourir une dictature moribonde, ou du moins à en retarder la chute. Mais 2013 semble déjà sonner le glas des dictateurs en Iran.