Iran: le commandant de la force Qods, Ghassem Soleimani, a-t-il été tué dans l'explosion de Damas? Démenti des Gardiens de la révolution.

Iran Focus: Suite aux rumeurs soutenues dans les milieux syriens concernant la mort éventuelle de Ghassem Soleimani, commandant de la Force Qods des pasdaran iraniens, dans l'explosion de mercredi dernier à Damas, leur porte-parole a réagit en cherchant à dissiper les rumeurs. Toutefois, la réaction du "responsable des relations publiques des gardiens de la révolution", le général Ramazan Charif, ne porte pas un démenti catégorique.

Concernant la rumeur de la mort de Kazem Soleimani avec le ministre de la Défense et d'autre responsables syriens, le général Ramazan Charif, dont les propos ont été rapportés par l'agence de presse iranienne ANA, s'est limité à répéter curieusement, à trois reprises, que ceci constitue "les rêves et désirs" des ennemis du régime islamique, se bornant à rappeler les titres militaires et les services rendus parKazem Soleimani.

"Dans une interview exclusive avec l'agence ANA,  le général Charif a répondu aux prétentions des médias sionistes", rapporte la dépêche qui enchaîne immédiatement sur une présentation de Soleimani:

"Le général des pasdaran Ghasem Soleimani a été nommé en 2007 à la tête de la force Qods du corps des Gardiens de la révolution. Il a été au nombre des hauts commandants du corps des Pasdaran durant la guerre (Iran-Irak) et avait le commandement de la division 41 de Sarollah au cours de la défense sacrée."

"Concernant cette information, le général Ramazan Charif a déclaré à l'agence ANA: ceci est la phrase la plus appropriée pour répondre aux médias ennemis de la République islamique, dont les détenteurs diffusent leurs rêves et désires par le biais d'informations relayées par diverses sources."

"Ce dernier a ajouté: relayer cette information fait partie des rêves et désirs des médias ennemis transmises à l'opinion sous forme de renseignements. Le responsable des relations publiques du corps des pasdaran a souligné: malheureusement certains médias d'aujourd'hui cherchent à transmettre leurs rêves et désirs au lieu d'avoir une attitude professionnelle dans la diffusion de l'information".

" Mercredi dernier, le ministre de la défense et certains responsables de la sécurité syrienne ont été tués dans une explosion terroriste au siège de la sécurité nationale de la série", conclu la dépêche.

Cette réaction des Gardiens de la révolution laisse toujours planer le doute, du moins sur la présence du commandant-en-chef de la force extraterritoriale des pasdaran au siège de la sécurité syrienne, chargé de coordonner la répression du peuple syrien. Affaire à suivre.