11232017Jeu

Désignation du corps des gardiens de la révolution iranienne comme une organisation terroriste

Désignation du corps des gardiens de la révolution iranienne comme une organisation terroriste

Londres, le 9 février – Le Département du Trésor américain a annoncé vendredi dernier que de nouvelles sanctions allaient être imposées à plusieurs entités et individus. Sans aucun doute, c’était pour envoyer un message à l’Iran comme quoi le terrorisme, l’oppression dans le pays et les tests de missiles balistiques ne seront pas tolérés.

Ceux concernés par les sanctions sont soit impliqués d’une façon ou d’une autre dans l’approvisionnement de matériel ou de technologie pour le programme balistique iranien, soit ils fournissent un soutien aux Pasdaran – le corps des gardiens de la révolution islamique.

Avec de la chance, ces dernières sanctions seront le début d’une démocratie libérale dans le pays. Le régime iranien est une dictature théocratique. Le parlement est lourdement influencé par le Guide suprême et les ayatollahs qu’il sélectionne.

Les militaires du pays sont contrôlés par les Pasdaran. Les Pasdaran contrôlent également une large proportion de l’économie. Les élections sont une mascarade – les votes sont ignorés s’ils ne reflètent pas ce que les dirigeants souhaitent et les Iraniens qui veulent une démocratie sont réprimés sans vergogne par le régime.

Les Pasdaran sont impliqués dans de nombreuses activités qui indiquent le terrorisme. Cependant, une étude menée par le centre d’information Meir Amit sur les Renseignements et le Terrorisme devrait fournir des preuves plus que suffisantes pour que les Pasdaran soient libellés comme une organisation terroriste. La recherche sur le commandant de la force Qods des Pasdaran est intitulée : « Portrait de Qasem Soleimani ».

Pendant ces cinq dernières années, les Pasdaran ont recruté des volontaires chiites dans les camps de réfugiés afghans en Iran, ciblant les personnes les plus désespérées dans la société et utilisant leur statut de sans-papier. Le réseau terroriste a été instigué par les Pasdaran dans de nombreux domaines au Moyen-Orient, dont le plateau du Golan. En 2015, les Pasdaran ont été impliqués dans une attaque au lance-roquette pendant laquelle quatre roquettes ont été envoyées sur Israël depuis Golan.

L’année dernière les Pasdaran ont soutenu le Hezbollah dans sa construction d’installations militaires en Syrie, beaucoup pensent d’ailleurs qu’elles seront utilisées dans une guerre future avec Israël.

Les Pasdaran sont également très impliqués dans la guerre civile en Syrie. Les experts affirment que les réfugiés afghans sont envoyés pour se battre en Syrie et les Pasdaran ont été impliqués dans des attaques terroristes dans des zones civiles à Alep. Ils essaient de faire durer la guerre en Syrie le plus longtemps possible, car la Syrie est essentielle pour l’avenir du régime iranien. En 2013, un ancien commandant des renseignements pour les Pasdaran a déclaré : « La Syrie est notre 35e province et c’est une province stratégique pour nous. Si l’ennemi nous attaque et cherche à prendre la Syrie ou le Khûzistân (une province iranienne), notre priorité serait de garder la Syrie, car si nous gardons la Syrie, nous pouvons reprendre le Khûzistân. Mais si nous perdons la Syrie, nous ne pouvons pas garder Téhéran. »

Ceci aidera-t-il à la désignation des Pasdaran en tant qu’organisation terroriste ? En fait, il est probable que les Pasdaran en seront plus faibles. Le dirigeant des Pasdaran, Qasem Soleimani, a eu les reines libres pendant trop longtemps, donc un défi l’affaiblira puis le groupe en entier. Le régime pourrait se séparer, laissant place à une démocratie. Cela enverrait aussi un message clair au régime iranien comme quoi les États-Unis ne jouent plus l’apaisement avec Téhéran – les années dorées du gouvernement Obama sont enfin terminées.