11182017Sam

L’opposition iranienne accuse les Gardiens de la révolution d’assassinat du chef d’une chaîne télévisée en Turquie

L’opposition iranienne a attribué l'assassinat en Turquie d’un propriétaire d’une chaîne de télévision en langue persane au régime iranienne. Saïd Karimian a été tué par balle par des inconnus à Istanbul, ont rapporté les médias turcs dimanche.

Le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) La Résistance iranienne a condamne fermement l’assassinat brutal du PDG de la chaîne de télévisions satellitaires appelé Gem TV, et de son collaborateur à Istanbul. Selon le CNRI ce double crime a été perpétré par les Gardiens de la révolution (Pasdaran) sur les ordres du Guide suprême Ali Khamenei à l’occasion de la « Journée Pasdaran ». La Résistance iranien exige également des poursuites judiciaires et des condamnations contre les responsables de ces crimes, ainsi que l’inscription des Pasdaran sur listes des organisations terroristes.

Le CNRI dénonce également le complot du régime iranien qui essaie de faire porter la responsabilité aux Moudjahidine du peuple d’Iran en fabriquant un passé fictif de M. Karimian avec cette organisation.

Le Britannique d'origine iranienne Saïd Karimian, et l'un de ses associés, un Koweïtien, ont été abattus samedi soir dans le quartier huppé de Maslak, a expliqué le quotidien Hurriyet.

Selon l'agence de presse turque Dogan, les deux hommes se trouvaient à bord d'une voiture de luxe à Maslak, sur la rive européenne de la ville, quand une jeep leur a bloqué la route.

Les agresseurs sont sortis de leur véhicule et ont ouvert le feu. Ils ont ensuite pris la fuite et leur voiture a été retrouvée calcinée dans un autre quartier.

GEM TV est basée à Dubaï et propose à un public persanophone des émissions occidentales qui ne sont pas visibles en Iran.

Les médias iraniens proche du pouvoir ont tenté de lier le passé de M. Karimian au Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), la principale organisation d'opposition iranienne.

Le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI, opposition en exil), dont les Moudjahidine du peuple sont la principale composante, a rejeté ces allégations et accusé les médias du régime iraniens de retoucher les photos qu'ils diffusent.

Le CNRI souligne qu’à l’approche du simulacre d’élection présidentielle en Iran, et l'intensification de la lutte interne au sein du pouvoir, le régime des mollahs a plus que jamais besoin de recourir à la répression intérieure et à de tels crimes cruels.

Selon le CNRI : « Il est intéressant de noter qu’en diffusant de fausses informations et une biographie factice au sujet de Saeed Karimian, le service de renseignement des mollahs et les Pasdaran ont mis en scène son assassinat et essaient de l’attribuer à l'OMPI. Juste après l'assassinat, les agences de presse FARS et Tasnim, affiliées au Pasdaran et à la force Qods, ainsi que les sites Internet affiliés au ministère du Renseignement iranien (VEVAK) ont diffusé les mêmes mystifications d'une façon organisée. »

A travers une série de mensonges, de montages photos et de films, les Pasdaran et le VEVAK ont déclaré que Saeed Karimian a collaboré avec l’OMPI, a été aperçu au camp d’Achraf, et que son père avait été tué dans une grande mené par la Résistance iranienne contre le régime. Le CNRI précise qu’aucune de ces allégations ne sont véridiques et il s’agit que de purs mensonges qui avaient déjà été démenties par le passé par Saeed Karimian, en personne.
La photo falsifiée de Karimian avec Mme Maryam Radjavi au Sénat belge, le 27 Mars 2013, sur laquelle l'image du député belge, M. Gérard Deprez a été remplacée par celle de Karimian est une autre entourloupe des Pasdaran affiliés aux mollahs. Les deux photos sont jointes à titre de comparaison.

Celle de droite la photo montée publié dans les médias du régime et à gauche la photo réelle sur laquelle M. Deprez a son nom inscrit devant lui comme président de la réunion -27 Mars 2013.