11222017Mer

WikiLeaks détaille la guerre secrète de l'Iran en Irak

Iran Focus: Les dossiers américains secrets révélés vendredi par le site WikiLeaks dévoilent des détails de la guerre secrète de l'Iran en Irak et notamment l'utilisation par Téhéran de milices pour tuer ou enlever des Américains.

Les renseignements militaires portant sur le rôle de l'Iran, révélés par WikiLeaks, ont été diffusés notamment par le New York Times et le Guardian.

Les allégations selon lesquelles l'Iran entraînerait et armerait des milices chiites en Irak ne sont cependant pas nouvelles, et les responsables américains, dont des commandants militaires, accusent depuis longtemps Téhéran de tenter de diffuser la violence pour saper l'influence des Etats-Unis et affaiblir leurs alliés à Bagdad.


Les documents décrivent aussi la manière dont l'Iran a armé et entraîné des escadrons de la mort formés d'Irakiens pour qu'ils mènent des attaques contre les troupes de la coalition et des responsables gouvernementaux. Le corps iranien d'élite des Gardiens de la révolution est soupçonné d'y avoir joué un rôle crucial, selon les journaux, citant les documents.

Les attaques soutenues par l'Iran ont continué après l'accession au pouvoir du président américain Barack Obama en janvier 2009, aucun signe ne montrant que son approche plus conciliante n'ait engendré quelque changement que ce soit dans le soutien accordé aux milices par Téhéran, écrit le New York Times, citant les documents.

Ceux-ci font état du journal d'un rebelle capturé et de la découverte de nombreuses caches d'armes iraniennes prouvant les intentions de Téhéran.

Selon un des documents, les Iraniens prévoyaient aussi d'attaquer la Zone verte à Bagdad, abritant les principaux bâtiments gouvernementaux irakiens et les ambassades occidentales, à l'aide de roquettes et de véhicules blindés chargés d'armes chimiques, selon le quotidien britannique The Guardian.

Un autre rapport fait état de projets d'utilisation des roquettes fournies par l'Iran et comportant un agent "neuro-paralysant" incapacitant pour ses victimes, toujours selon le Guardian.

Un rapport datant de novembre 2005 décrit la découverte par la police irakienne des frontières de Bassorah d'"équipements pour la fabrication de bombes", notamment un explosif mortel utilisé dans les bombes placées au bord des routes, qui, selon les Etats-Unis, était fourni par l'Iran.


Selon Al-Jazira, les documents font également état de liens entre le Premier ministre irakien sortant Nouri al-Maliki et des "escadrons de la mort" qui semaient la terreur au début du conflit.

 Sur l'Iran, Al-Jazira parle de documents "détaillant la guerre secrète de l'Iran en Irak, en évoquant le rôle des gardiens de la Révolution en tant que fournisseur présumé en armes des insurgés chiites".


Avec Agence