10182017Mer

Une campagne internationale pour les victimes du massacre de 1988 en Iran – exposition à Paris

À l'occasion de l'anniversaire du massacre de 30 000 prisonniers politiques durant l’été de 1988 en Iran, une exposition a été organisée le 17 août à la mairie du 1er arrondissement de Paris. Elle a été l'occasion de braquer les projecteurs sur le lancement de la « Campagne pour la justice pour les victimes du massacre de 1988 ».

Iran : Les prisonniers qui dénoncent la machine à tuer sont en danger

Le 30 juillet dernier, les gardiens de la prison de Gohardacht (Karaj, 40 km à l’ouest de Téhéran) ont brutalement attaqué les prisonniers politiques et les ont roués de coups.

Cette attaque intervient juste au lendemain d’un communiqué signé par les prisonniers politiques, dans lequel ils réclamait justice pour les victimes du massacre des prisons. Des dizaines de milliers de prisonniers politiques avaient été exécuté en 1988. Le communiqué récent appelait à traduire en justice les responsables de ces crimes. Ils rappelaient que les protagonistes de ces tueries occupent pour la plupart des postes clés dans le gouvernement et se disent fières d’avoir commis ces massacres.

Ce que j’ai vu dans les prisons iraniennes

Par mon témoignage j'espère éveiller les consciences parfois trop complaisantes face aux mollahs.
par Sadegh Sistani Militant des droits de l’homme, emprisonné pendant 17 ans en Iran

Hoffpost - En tant qu'ancien prisonnier des geôles politique iraniennes, j'ai été sidéré d'apprendre que Madame Mogherini, la haute représentante de l'UE pour les affaires étrangères et des diplomates de pays européens assiste avec bienveillance au sacre de Hassan Rohani.