11282014Ven

Iran Focus : Le décès d’un militant iranien au camp Liberty en Irak a soulevé les protestations des défenseurs des droits de l’homme qui soulignent les obstacles fait à son traitement par le gouvernement irakien. L’Associated Press qui rapporte un communiqué des opposants iraniens à Paris, précise que Behrooz Rahimian, 56 ans, a fait état de douleurs à sa poitrine dès le 25 novembre dernier, mais les autorités irakiennes ont refusé de lui fournir les soins appropriés.

aquandlapaixdanslemonde,11 décembre - On a célébré le 10 décembre la journée mondiale des droits de l’homme. L’ONU place l’Iran, avec 670 exécutions l’an dernier, en tête de peloton des violateurs des droits de l’homme, ayant le taux le plus élevé d'application de la peine capitale par rapport à la population. L'Assemblée générale de l'ONU a adopté le 27 novembre une résolution condamnant "des violations graves et récurrentes des droits de l'homme" en Iran.

RSF: (...) Avalanche de déclarations contradictoires - Le communiqué du Parquet a été rendu public après une série de déclarations et de démentis par divers responsables du régime. Le 19 novembre 2012, Ahmad Shojai, responsable de l’organisation des médecins légistes iraniens (Iranian Legal Medicine organisation) a déclaré dans une interview accordée à l’agence Mehrnews que “malgré le fait que nous ne soyons pas parvenus à une conclusion finale, les résultats de plusieurs examens pratiqués sur le corps de Sattar Beheshti n’indiquent aucune trace de présence de poison ou d’un quelconque étouffement (….). A notre avis, cet individu est décédé de mort naturelle”.