06242017Sam

Le Monde, 6 mars – par Marie-Claude Decamps - Ni provocation, ni violence. Elles s'étaient contenté d'affirmer leur droit "à manifester de façon pacifique" et avaient écrit des phrases de solidarité sur de petits panneaux blancs qu'elles brandissaient, bien en évidence, devant les locaux du Tribunal révolutionnaire à Téhéran où cinq d'entre elles étaient jugées, dimanche matin 4 mars.

The Guardian, Téhéran, 4 octobre 2006 – Robert Tait – Elle était la reine de la vitesse sur les pistes, devenue une icône féministe après avoir triomphé dans ce domaine exclusivement masculin et être devenue championne nationale de course automobile en Iran. Mais la carrière impressionnante de Laleh Seddigh s’est arrêtée brusquement avec l’interdiction délivrée par les autorités de course automobile du pays de participer aux compétitions.