Economy Économie Gaspiller la richesse du peuple iranien dans des guerres...

Gaspiller la richesse du peuple iranien dans des guerres par procuration et des actes terroristes

-

Gaspiller la richesse du peuple iranien dans des guerres par procuration et des actes terroristes

Par ESMAEIL MOHADES

À son arrivée en Iran en 1979, le premier guide suprême iranien et fondateur de la « République islamique », Rouhollah Khomeiny, a apporté la guerre et l’hostilité au peuple iranien, aux voisins de l’Iran et aux autres pays de la région. Il a souvent décrit la guerre comme une « bénédiction divine » et a justifié la poursuite de la guerre, en disant: « la guerre jusqu’à ce que la sédition soit supprimée dans le monde» est nécessaire.

Jusqu’à présent, des centaines de milliers de jeunes dans ce pays sont devenus les victimes des guerres de l’État. En outre, des milliers de citoyens des voisins de l’Iran ont été brûlés dans le feu des guerres menées par des groupes mandataires du régime du Velayat-e Faqih (suprématie d’un guide religieux).

L’Irak, le Liban, la Syrie et le Yémen brûlent toujours dans le feu de la sédition que les mollahs iraniens et leurs gardiens de la révolution (CGRI) ont allumé dans ces pays. Aujourd’hui, après toutes ces guerres infructueuses qui n’ont gaspillé que les ressources humaines et le sang, les voix de ceux qui renoncent à leur passé parce qu’ils sentent que la fin de la théocratie approche, commencent à s’entendre.

Photo: Pour défendre leur survie, les autorités iraniennes recrutent des groupes extrémistes à travers le Moyen-Orient pour semer le chaos.

L’impact négatif des guerres par procuration sur la situation économique du peuple iranien
Dans l’édition du 21 juillet du quotidien Diplomacy Irani, Qasim Mohebba-Ali, ancien directeur général pour le Moyen-Orient au ministère iranien des Affaires étrangères, a critiqué la politique étrangère de Téhéran vieille de 40 ans en mettant l’accent sur l’accroissement des tensions avec ses voisins. Il a également affirmé que le peuple en avait payé le prix fort.

« À l’heure actuelle, le coût de ce type de politique étrangère à Téhéran est supporté par la population, l’accent étant mis sur l’augmentation des tensions avec les voisins. Si vous regardez la situation des marchés des changes, de la monnaie, du logement, de la voiture, de la location et même des biens de consommation dans le pays, vous verrez qu’une partie de ces défis est due à notre vision gravement erronée de la politique étrangère dans la région et le monde », a-t-il ajouté.

Mohebba-Ali a également énuméré les conséquences économiques néfastes pour le peuple iranien et a mis en garde les dirigeants sur la colère du peuple et ses manifestations à tout moment.

« Aujourd’hui, le prix élevé de ce genre de quarante ans de politique et de diplomatie erronées dans la région et dans le monde est payé par les gens de toute leur chair et de leur sang, et de toute leur existence. Par conséquent, avec l’augmentation des problèmes économiques et des moyens de subsistance à l’intérieur, la poursuite de notre mauvaise diplomatie ne sera certainement pas aussi sûre et sans risque que par le passé. Car à tout moment, il est possible d’assister à une manifestation massive à l’intérieur du pays en brisant le seuil de tolérance des gens pour les problèmes économiques », a conclu Mohebba-Ali.
Le 20 mai, Heshmatollah Falahatpicheh, ancien président de la Commission de la sécurité nationale et des affaires étrangères du Parlement (Majlis), a révélé une partie des lourdes dépenses de l’Iran en Syrie. Il s’est plaint de la gestion des guerres et des interventions du gouvernement dans la région, soulignant une partie des coûts de ces demandes de développement débridées et a déclaré:

« Nous avons donné peut-être 20 à 30 milliards de dollars à la Syrie et nous devons le récupérer de la Syrie. L’argent de cette nation a été dépensé là-bas. »
Ali Fadavi, le commandant adjoint des Gardiens de la révolution, a déclaré dans l’émission télévisée « 14e siècle », le 27 septembre, que selon le rapport officiel de l’Organisation du programme et du budget de l’Iran préparé à la fin de la guerre Iran-Irak, le régime a dépensé «19,6 milliards de dollars» pour cette guerre.
Il convient de noter que Rahim Safavi, le conseiller militaire de Khamenei en 2017, avait déclaré que pendant la guerre de huit ans, l’Iran avait « dépensé un maximum de 12% de son produit intérieur brut (PIB) pour la guerre ».

Cette part du PIB s’élève à plus de 21 milliards de dollars par an et atteint 173 milliards de dollars au total pendant les années de guerre, soit plusieurs fois plus que ce que prétend Fadavi. L’ancien président Ali Akbar Hashemi Rafsandjani avait affirmé à plusieurs reprises que les dommages causés par la guerre avec l’Irak sont estimés à plus de 1 000 milliards de dollars. Mais si l’on prend en compte les calculs du secrétaire général des Nations Unies, qui ont été préparés en 1991, on atteint à nouveau le chiffre de 97 milliards de dollars de dommages de guerre pour le peuple iranien.

Les actes terroristes constituent un autre domaine de gaspillage de la richesse du peuple iranien. Comme la dernière décision d’un juge américain, qui a ordonné à l’Iran de verser 1,45 milliard de dollars à la famille de l’ancien agent du FBI Robert Levinson, présumé décédé sous la garde de ce gouvernement.

Pareil pour l’ordonnance du juge fédéral de Washington du 10 septembre 2018, qui a ordonné à l’Iran de payer 104,7 millions de dollars aux victimes d’un attentat à la bombe contre un camion en juin 1996 en Arabie saoudite qui a tué 19 militaires américains, comme l’a rapporté Reuters à l’époque. Les exemples de telles décisions visant à indemniser les dommages causés par les actes terroristes des ayatollahs sont nombreux.

7,422FansLike
985FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les Iraniens s’attendent à un changement de régime

Ces jours-ci, des responsables iraniens, dont le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, expriment leur joie face à...

Le gouvernement pille les pauvres agriculteurs en Iran

Ces derniers mois, les récoltes des agriculteurs iraniens se sont dégradées et leur production d’un an a été détruite....

Retour sur les manifestations de novembre de l’année dernière en Iran

En novembre 2019, des manifestations dans près de 200 villes de toutes les provinces d'Iran ont secoué l'establishment islamiste...

Une preneuse d’otages iranienne défend le massacre des manifestants

L'une des personnes responsables de la prise d’otage du personnel de l'ambassade des États-Unis en 1979 a Téhéran, a...

L’Iran et la douloureuse crise de coronavirus

L'Iran a vécu une semaine douloureuse avec le coronavirus. Malgré tous les mensonges et les dissimulations du gouvernement, le...

Iran: la population ne tolère plus le système de gouvernement actuel

Les médias dirigés par l’État iranien ont tenté de cacher les crises socio-économiques du pays ainsi que l’impasse et...

Doit lire

Les médias d’État iraniens reconnaissent l’échec du régime

Par Sia Rajabi Les médias d’État iraniens outrepassent quotidiennement la...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous