Economy Économie L'embargo sur les armes contre de le régime iranien

L’embargo sur les armes contre de le régime iranien

-

L'embargo sur les armes contre de le régime iranien

Dimanche a marqué l’expiration formelle d’un embargo des Nations Unies sur les armes contre la République islamique d’Iran, mais il reste à voir si les restrictions pertinentes seront effectivement levées dans la pratique.

Les États-Unis ont fait campagne vigoureusement pour une prolongation de l’embargo, mais avec un succès limité. Un vote du Conseil de sécurité en septembre a recueilli l’appui de la proposition américaine d’un seul des membres tournants du Conseil: la République dominicaine. Et même si d’autres alliés américains s’étaient joints au vote pour la prolongation, la Russie et la Chine auraient certainement opposé leur veto, deux des pays les plus susceptibles de participer à un nouveau commerce d’armes iranien.

Les illusions de Téhéran sur l’embargo sur la levée des armes
La perspective d’échanges avec ces puissances orientales a été vivement soulignée par le gouvernement iranien avant la date limite de dimanche. Lors d’un point de presse hebdomadaire lundi, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Saeed Khatibzadeh a déclaré que le 18 octobre serait «le jour de la défaite américaine». Et dans une interview ultérieure avec Newsweek, le porte-parole de la mission iranienne auprès de l’ONU a fait valoir que l’échec présumé des efforts américains était le signe de l’isolement croissant des États-Unis face à une stratégie visant à isoler l’Iran.

«Il est tout à fait clair que l’ONU – et l’écrasante majorité de ses États membres – rejette la soi-disant politique de pression maximale des États-Unis sur l’Iran», a déclaré Alireza Miryousefi. Quoi qu’il en soit, on ne s’attend guère à ce que ces mêmes pays s’opposent activement aux efforts américains pour maintenir une telle pression via des mesures qui incluent l’embargo sur les armes.

Après l’échec de sa proposition au Conseil de sécurité, la Maison Blanche a rapidement mis en œuvre un plan de secours, invoquant la disposition de «retour en arrière» de l’accord nucléaire iranien de 2015 afin de déclarer la réimposition de toutes les sanctions été suspendu en vertu de cet accord. 

Ce plan a également été rejeté par les autres signataires de l’accord officiellement connu sous le nom de Plan d’action global conjoint. À leur avis, les États-Unis ont renoncé à leur droit d’invoquer la disposition lorsque le président Donald Trump s’est retiré de l’accord en mai 2018. Mais même si on peut s’attendre à ce que cela empêche l’embargo et les sanctions connexes de revenir, cela pourrait finalement être suffisant pour que les États-Unis agissent simplement comme s’ils l’avaient fait.

Les Ayatollahs comptent sur les Européens comme leur sauveur
L’opposition française, allemande et dans une moindre mesure britannique à la stratégie américaine est de notoriété publique. Mais leur rejet formel de l’extension de l’embargo ne présuppose pas qu’ils prendront réellement des mesures pour empêcher les États-Unis d’essayer de l’appliquer. En fait, il existe un précédent clair pour eux de ne pas le faire. Et cela s’étend à une grande partie de la communauté internationale.

Alors que les États-Unis réimposaient puis étendaient leurs sanctions unilatérales après le retrait du JCPOA, il a été régulièrement signalé que les pays ayant des liens commerciaux avec les États-Unis et l’Iran réduisaient ou rompaient entièrement leurs liens avec ce dernier, plutôt que de risquer des mesures de répression américaines ou perte d’accès à des marchés américains beaucoup plus précieux.

Le même schéma pourrait très bien se répéter dans le contexte de l’embargo sur les armes et d’autres sanctions de l’ONU, divers gouvernements refusant formellement la légitimité de ces sanctions, mais les respectant de toute façon.

Néanmoins, le gouvernement iranien a continué à présenter un ton confiant et même vantard dans les derniers jours avant la date d’expiration technique de l’embargo. À cette fin, les responsables ont laissé entendre que certains vendeurs d’armes potentiels seraient impatients de profiter de cette expiration, soit parce qu’ils ont l’intention de défier expressément l’application des États-Unis, soit parce qu’ils se croient capables de s’engager dans le commerce avec la République islamique sans mettre d’autres formes de commerce mondial.

«L’Iran a de nombreux amis et partenaires commerciaux», a déclaré Miryousefi dans ses remarques supplémentaires à Newsweek. Et selon lui, au moins certains de ces partenaires sont désireux de contribuer à «l’industrie de l’armement nationale robuste» de l’Iran et de «garantir ses besoins de défense contre une agression étrangère».

Cette affirmation a sans doute reçu un crédit supplémentaire plus tôt dans le mois lorsque l’ambassadeur de Russie en Iran a publiquement réfléchi à l’idée de vendre un système avancé de missiles sol-air S-400 à la République islamique.

Cela ne semble poser «aucun problème» à Moscou et ces remarques rappellent l’attention sur le fait que les autorités russes avaient auparavant démontré leur empressement à participer à un commerce d’armes iranien en vendant le système de missiles S-300, légèrement moins avancé.

La controverse sur cette vente a éclaté avant même la conclusion des négociations nucléaires avec la signature du JCPOA en 2015. La simple promesse de cet accord a été initialement considérée par la Russie comme une raison suffisante pour aller de l’avant avec la vente qui avait été arrangée.

7,422FansLike
985FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les Iraniens s’attendent à un changement de régime

Ces jours-ci, des responsables iraniens, dont le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, expriment leur joie face à...

Le gouvernement pille les pauvres agriculteurs en Iran

Ces derniers mois, les récoltes des agriculteurs iraniens se sont dégradées et leur production d’un an a été détruite....

Retour sur les manifestations de novembre de l’année dernière en Iran

En novembre 2019, des manifestations dans près de 200 villes de toutes les provinces d'Iran ont secoué l'establishment islamiste...

Une preneuse d’otages iranienne défend le massacre des manifestants

L'une des personnes responsables de la prise d’otage du personnel de l'ambassade des États-Unis en 1979 a Téhéran, a...

L’Iran et la douloureuse crise de coronavirus

L'Iran a vécu une semaine douloureuse avec le coronavirus. Malgré tous les mensonges et les dissimulations du gouvernement, le...

Iran: la population ne tolère plus le système de gouvernement actuel

Les médias dirigés par l’État iranien ont tenté de cacher les crises socio-économiques du pays ainsi que l’impasse et...

Doit lire

Les médias d’État iraniens reconnaissent l’échec du régime

Par Sia Rajabi Les médias d’État iraniens outrepassent quotidiennement la...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous