Economy Économie Le projet de loi sur le budget 2021-2022 montre...

Le projet de loi sur le budget 2021-2022 montre les dilemmes du régime en Iran

-

Par ESMAEIL MOHADES
Depuis le 2 décembre, date à laquelle l’administration d’Hassan Rohani a soumis le projet de loi de finances 2021-2022 au Parlement (Majlis), il n’y a pas eu un jour sans conflits politiques autour du déficits budgétaires et d’autres dilemmes du régime intégriste en Iran. Dans ce contexte, les députés, les responsables et même les alliés de Rohani admettent que le gouvernement sera confronté à d’autres obstacles économiques au cours de l’année à venir.

Le problème des autorités iraniennes est enraciné dans une série de crises socio-économiques, de corruption et de mauvaise gestion qui affectent gravement les moyens de subsistance de la population, et cela peut déclencher à chaque instant une nouvelle série de manifestations à l’échelle nationale. En outre, les citoyens doivent endurer les conséquences inquiétantes du coronavirus alors que le gouvernement les laisse sans soutien.

À cet égard, le projet de loi de finances 2021-2022 est une vision parfaite de tous les dilemmes auxquels le gouvernement est confronté. Plus important encore, ce problème a été activé alors que les autorités ne voient aucune solution aux crises actuelles et sont confrontées à une colère populaire sans précédent.

Par conséquent, les responsables iraniens sont gravement préoccupés par la fuite des dépenses et des recettes réelles du gouvernement avec toutes les rivalités politiques. Cependant, les loyalistes au guide suprême Ali Khamenei, qui sont convaincus qu’ils formeraient le prochain cabinet, ne veulent pas endurer les chiffres creux de Rohani.

Dans le projet de loi de finances 2021-2022, le gouvernement Rohani n’a pas pris en compte les dépenses d’achat du vaccin Covid-19, selon les députés. Les responsables ne se souciaient pas non plus de plus d’un million d’employés et de travailleurs qui ont perdu leur emploi en raison de la pandémie. De plus, le projet de loi ne contient aucun article pour payer les arriérés et les chèques de paie retardés du personnel médical, sans parler de millions d’employés, d’enseignants, de retraités et de travailleurs des services publics.

L’inquiétude des autorités est de savoir comment couvrir le budget prévu. En d’autres termes, ni les députés ni les autres responsables ne mentionnent réellement les dilemmes et les difficultés des gens lors de leurs discours. Par exemple, l’ancien commandant du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) et l’actuel secrétaire du Conseil d’opportunité, Mohsen Rezaei, ont déclaré: «Nous restons toujours sous sanctions jusqu’à cinq ans. Comment est-il possible que nous vendions du pétrole à plus de 2 millions de barils [par jour (BPD)] au cours de l’année prochaine? »

Le chef du centre de recherche Majlis, Alireza Zakani, a également souligné les déficits. «Le projet de loi budgétaire 2021-2022 a exactement 12,307 milliards de dollars de déficits. Cela signifie la formation de l’hyper-inflation. Cela signifie que nous déposons un maigre argent dans les poches des gens, puis que nous en retirons dix fois plus d’argent », a déclaré Zakani.

«Les économistes estiment que le projet de loi budgétaire de l’année prochaine sans recettes pétrolières et les prêts de la Banque centrale [d’Iran (CBI)] équivalent à 23,077 milliards de dollars de déficits. Ce montant équivaut à 13 fois la ligne de crédit des projets Mehr Housing ou les subventions en espèces de la populaire . L’approbation du budget 2021-2022 conduit le pays à l’hyperinflation l’année prochaine », écrivait le 13 décembre le quotidien Javan, affilié au CGRI.

Les failles flagrantes du projet de loi budgétaire de Rohani ont même incité ses alliés à exprimer leur inquiétude. «Dans le projet de loi de finances proposé par l’administration au Majlis, l’accent est mis sur l’augmentation des dépenses courantes et le recours à des ressources irréelles et irréalisables. En raison de l’augmentation de 60% des dépenses publiques et de la croissance insignifiante des revenus, le gouvernement a proposé de couvrir 3,2 quadrillions de rials [12,307 milliards de dollars] de ses coûts – y compris les paiements et les pensions – en vendant les domaines et les propriétés ou les prêts », a écrit Le quotidien Jahan-e Sanat, lié à la faction de Rohani le 13 décembre.

«Des examens d’experts montrent qu’en raison d’une dépendance irréelle à l’égard des recettes pétrolières, le gouvernement manque toujours d’environ 12,307 milliards de dollars de déficits pour couvrir ses dépenses régulières même s’il pouvait vendre toutes les obligations. L’inflation exerce une pression sur les classes pauvres de la société plus que sur d’autres », a ajouté Jahan-e Sanat.

7,278FansLike
990FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La loi misogyne interdit à une entraîneuse de ski iranien de voyager avec son équipe

L’entraîneuse de l’équipe nationale iranienne de ski alpin s’est vu interdire d’accompagner son équipe à une compétition en Italie...

Nucléaire : Le Drian annonce une résolution contre l’Iran

Emmanuel Macron a demandé ce mardi au président iranien Hassan Rohani que l'Iran fasse «des gestes clairs», «sans attendre»...

Iran: la tuerie des porteurs de carburant baloutche et manifestations à Saravan

Le 22 février, les forces du CGRI ont ouvert le feu sur un groupe de porteurs de carburant à...

Syrie : les États-Unis mènent un raid meurtrier contre des milices pro-Iran

Le président américain, Joe Biden, a autorisé, jeudi 25 février, une frappe en Syrie contre des infrastructures appartenant à...

Des ressortissants iraniens demandent à l’Union européenne de sanctionner le régime

Belga - Des ressortissants iraniens ont manifesté lundi matin au rond-point Schuman à Bruxelles pour demander à l'Union européenne...

La pauvreté en Iran est-elle le résultat de sanctions ou de la gabegie des mollahs ?

La situation économique du peuple iranien est si mauvaise qu’elle est devenue le sujet de conversation de la rue...

Doit lire

Les médias d’État iraniens reconnaissent l’échec du régime

Par Sia Rajabi Les médias d’État iraniens outrepassent quotidiennement la...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous