EconomyÉconomieLes pannes de courant ajoutent à la souffrance du...

Les pannes de courant ajoutent à la souffrance du peuple iranien

-

Ces dernières semaines, une grande partie de l’Iran a connu des pannes d’électricité généralisées. Les pannes ont de nouveau atteint leur apogée, et maintenant, alors que le temps se réchauffe, on parle de pannes plus larges et plus longues dans les villes iraniennes.

L’Iran possède les deuxièmes réserves de gaz naturel au monde et la quantité de production et de consommation nationales de gaz est très élevée. D’autre part, avec une puissance de près de 85 000 MW, l’Iran est l’un des 15 plus gros producteurs d’électricité au monde.

En conséquence, l’Iran produit encore plus d’électricité que de pays plus peuplés (comme l’Indonésie et l’Égypte) et plus développés (comme le Mexique).

Mais pourquoi l’Iran, en tant que « superpuissance énergétique » qui se classe à côté de pays comme la Russie, l’Arabie saoudite, le Venezuela, le Canada et les États-Unis, coupe-t-il l’électricité en été comme en hiver ?

Il y a beaucoup à dire à ce sujet. Premièrement, l’Iran a le taux d’« intensité énergétique » le plus élevé au monde.

En termes simples, l’Iran consomme plus d’énergie que tout autre pays dans le monde mais produit le produit intérieur brut (PIB) le plus bas par unité d’énergie consommée.

Mais ce n’est pas tout. Premièrement, le réseau électrique iranien est gravement usé et le manque d’investissement au fil des ans a entraîné la perte d’une grande partie de l’énergie dans les lignes de transmission.

En outre, les faits montrent que malgré les avertissements, l’extraction de crypto-monnaie se poursuit et exerce une pression sévère sur le réseau électrique iranien. Actuellement, la consommation de l’extraction non autorisée de crypto-monnaie est d’environ 2 000 mégawatts.

Un autre exemple de gaspillage d’énergie est celui des tours dites résidentielles ‘Maskan-e-Mehr’ qui, même dans les provinces chaudes, malgré une grande superficie de terrain, ont été construites avec des tours jusqu’à dix étages dans lesquelles l’isolation du bâtiment n’a pas été respecté.

Les refroidisseurs, d’une part, imposent de la puissance sur le réseau et augmentent les pertes, et d’autre part, ils ont considérablement augmenté la charge domestique du réseau, de sorte que la charge de pointe du réseau a été transférée de la nuit au jour.

Mais pour savoir combien d’énergie est gaspillée en Iran, il faut se référer à quelques statistiques mondiales choquantes.

Selon l’Agence internationale de l’énergie, en 2019, l’Iran a alloué environ 18,8 % de son produit intérieur brut (PIB) à la subvention de la consommation de combustibles fossiles et, à cet égard, occupe la première place mondiale.

Ainsi, selon le rapport de l’Agence internationale de l’énergie, l’Iran à lui seul a versé environ 47 % de la subvention totale allouée à la consommation d’énergies fossiles dans le monde en 2019.

Quelque 18,8% du PIB de l’Iran en 2019 (avant l’épidémie de coronavirus) équivalait à environ 86 milliards de dollars. Compte tenu de 25 000 tomans pour chaque dollar, ce montant équivaudra à plus de 2 000 milliards de tomans.

Une note d’un Iranien publiée sur Twitter montre les heures de panne de courant avec le commentaire : « Avec l’eau et l’électricité gratuites, nous avons atteint 4 fois par jour des pannes de courant à 40 degrés. »

Et il y a aussi des raisons à une telle situation. L’un d’eux est dû à une mauvaise administration. Dans les années du gouvernement d’Ahmadinejad et même après cela, malheureusement, l’utilisation de gestionnaires sans expertise dans cette industrie s’est de plus en plus développée, ils manquent de décisions.

Par exemple, le PDG de Tehran Distribution Company a été transféré d’un poste de sécurité au PDG de cette société, et il y a quelques jours, il a été contraint de démissionner.

Et le PDG de la société mère spécialisée dans la production d’énergie thermique est un théologien diplômé de l’Université Imam Sadegh spécialisé dans l’économie islamique.

Une autre raison est le retard du pays est le manque d’investissement dans les énergies renouvelables par le parlement et le gouvernement, qui a privé le pays d’énergie propre et bon marché.
Au-delà de ces problèmes de fond, est-il possible de gérer la situation actuelle, au moins jusqu’à la fin de l’été 2021 ?

Il y a quelques jours à peine, Gholam-Ali Rakhshani Mehr, secrétaire du conseil d’administration de l’industrie électrique, a déclaré à propos des pannes généralisées dans le pays :

« Environ 24 000 MW d’électricité produite dans le pays sont alloués aux appareils de refroidissement, et le pic de consommation d’électricité se produit entre 12 et 18 heures.

Si l’on suppose que ce pic de charge se produit pendant trois mois, nous avons un pic de consommation d’environ 450 heures par an, et pour répondre à ce besoin de consommation, il faut construire une centrale électrique de 7 000 à 8 000 MW. »

7,062FansLike
1,112FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : les manifestations contre la flambé du prix du pain

Les observateurs en Iran pensent que des manifestations à l'échelle nationale font suite à la décision du régime iranien...

La fuite des capitaux s’accélèrent en Iran

L'une des crises majeures actuelles de l'économie iranienne est la fuite des capitaux, qui est mise en œuvre par...

L’incurable crise du logement en Iran

Après qu'Ebrahim Raïssi a pris ses fonctions l'année dernière en tant que président du régime iranien, il a promis...

Ce que l’on sait de l’association Al-Movaheddin du régime iranien

L’association caritative Al-Movaheddin du régime iranien a été créée en 1987 par Hussein Marashi, le cousin d'Effat Marashi, qui...

Aucune entreprise étrangère n’est disposée à investir dans les ports du régime iranien

Un bref regard sur l'ampleur des investissements étrangers dans l'économie iranienne révèle la situation réelle de la situation économique...

Les causes de la violence dans la société iranienne

Le plus souvent, les nouvelles amères publiées par les médias du régime iranien ou diffusées par le peuple sur...

Doit lire

La dégradation progressive du sol iranien, une menace irréversible

Le sol iranien connaît une mort lente et silencieuse....

La contestation en Iran

Les experts et observateurs du régime iranien expriment ouvertement...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous