EconomyÉconomieLa Chine et la Russie se détournent de l'Iran

La Chine et la Russie se détournent de l’Iran

-

Les négociations pour relancer l’accord nucléaire iranien JCPOA de 2015 sont au point mort et la tâche du septième cycle de pourparlers n’est toujours pas claire. Au moment où il n’y a pas de perspective claire de pourparlers entre l’Iran et les États-Unis, certaines personnalités politiques iraniennes affirment que l’Iran se tourne vers les puissances orientales et affirment que le problème des sanctions sera résolu par la signature de documents de coopération de 25 ans entre Iran, Russie et Chine.

Ces personnalités politiques, parlent des 400 milliards de dollars d’entrées de capitaux chinois, affirmant que le moyen de sortir de la pression des sanctions est de se réfugier dans la deuxième économie mondiale, la Chine et, bien sûr, la Russie.

La signature du document de coopération Iran-Chine de 25 ans a eu de nombreuses conséquences. De nombreux Iraniens, qui n’avaient pas de bons souvenirs des interactions économiques de la Chine avec l’Iran, se sont opposés à la signature du document de diverses manières, mais la signature a eu lieu alors que le régime avait déjà signé un document similaire avec la Russie.

Aucun de ces documents n’a facilité les années de sanctions contre l’Iran. Même en 2016 et après le JCPOA, l’Iran a pu entamer des négociations avec les États-Unis pour acheter des avions Boeing, mais la Russie n’a pas accepté de vendre ses avions Sukhoi à l’Iran.

Maintenant que la fenêtre sur les pourparlers de relance du JCPOA se fermerait, certains opposants et même partisans du JCPOA dans ce régime voient la Chine et la Russie comme un remplacement des États-Unis et pensent que les deux partenaires commerciaux de l’Est pourront sortir l’Iran de l’impasse économique.

Mais les récits de certaines autres personnalités experts en économies sont très différents et même contradictoires, sur la façon dont les puissances orientales ont réagi à l’Iran des mollahs.

En attendant, on peut citer le récent discours d’Eshagh Jahangiri, premier vice-président iranien, tenu à la Banque centrale. Il a déclaré : « Nous ne pensions pas que même l’Inde n’achèterait pas de pétrole à l’Iran et ne le réévaluerait pas, et même la Russie et certains pays voisins pour lesquels nous avons sacrifié nos enfants pour l’indépendance de leur pays l’ont fait, et nous étions seuls dans cette guerre économique. Nous ne pouvions contourner les sanctions, déplacer les marchandises et rapporter de l’argent pour acheter les marchandises qu’en adoptant des politiques après les sanctions bancaires.

Après les sanctions contre l’Iran, la Chine n’a pas été seulement l’un des premiers pays à retirer ses capitaux des projets pétroliers et gaziers, automobiles et d’infrastructures, tels que les projets d’autoroutes et de chemins de fer, etc., a même bloqué les ressources du régime. L’Iran aurait environ 40 milliards de dollars d’actifs bloqués dans cinq pays, dont la moitié en Chine.

Mais la Chine a non seulement bloqué une quantité importante d’actifs iraniens, mais a également profité des sanctions pour acheter du pétrole iranien à des prix inférieurs aux prix mondiaux et avec des remises élevées, et même, selon des militants de l’industrie pétrochimique, elle a négocié certains produits pétroliers iraniens, tels que l’urée, et l’a acheté à bas prix à l’Iran et l’a exporté vers l’Inde.

C’est un exemple simple de la raison pour laquelle de nombreux opposants au régime disent que le régime vend et met le pays aux enchères. Pendant ce temps, le volume commercial de la Chine avec les États-Unis, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et même Israël est si important que l’Iran n’est pas un partenaire commercial majeur pour elle, et il semble qu’il préfère ses intérêts nationaux dans le commerce et, selon les experts en économie, l’amitié n’a pas de sens dans le commerce.

Il est bon de savoir qu’actuellement, le volume des échanges entre l’Iran et la Chine a atteint le chiffre le plus bas des 16 dernières années. Majid Reza Hariri, chef de la Chambre Iran-Chine, a déclaré à l’ILNA à cet égard :

« Alors que notre commerce international et transfrontalier total diminue, notre part du commerce avec la Chine diminue également.»

Selon lui, qui cite les statistiques, fin 2020, le volume des échanges entre l’Iran et la Chine était d’environ 16 milliards de dollars, ce qui, en incluant la vente officieuse de pétrole, n’atteint toujours pas 20 milliards de dollars.

Hariri a également souligné : « La baisse de notre commerce extérieur l’année dernière a été sans précédent au cours des 10 ou 12 dernières années. Autrement dit, en termes de volume de notre commerce extérieur, nous sommes revenus au milieu des années 1990, dont une partie importante était due aux lourdes sanctions en 2020 et à la baisse des ventes de pétrole. Naturellement, dans ces circonstances, nous ne pouvons pas fournir la devise nécessaire aux importations. »

Évoquant certains problèmes dans les échanges Iran-Chine, il a déclaré : « Cependant, il est difficile d’acheter certains produits en provenance de la Chine et d’entreprises sous licence américaines qui appartiennent à des Américains, ont des actionnaires américains ou sont actives sur les marchés américains. Bien sûr, ce n’est pas une décision prise par le gouvernement chinois, mais des décisions d’entreprise.

«C’est un problème non seulement pour les vaccins, mais aussi pour de nombreux autres produits d’entreprises qui travaillent avec des Américains, sont cotées à la bourse américaine ou utilisent des matières premières américaines.

“Les entreprises préfèrent finalement les intérêts des entreprises, même dans le cas du pétrole, la Chine a officiellement déclaré qu’elle n’accepterait pas les sanctions unilatérales américaines sur le pétrole et les autres pays. Mais de nombreuses entreprises chinoises ne travaillent pas avec nous de peur que leurs intérêts commerciaux ne soient compromis ».

« Il existe d’autres problèmes, tels que les sanctions portuaires, qui affectent tout le commerce entre les deux pays. Si un navire iranien mouille dans un port, le port et son opérateur font face à des sanctions américaines. Les compagnies pétrolières en Chine sont des entreprises commerciales et ne préfèrent pas les questions politiques aux questions commerciales. » (ILNA, 18 juillet 2021)

Shoaib Bahman, un expert des questions russes, a déclaré à l’ILNA : « Au cours des dernières années, l’un des principaux défis dans les relations Iran-Russie a été le développement des relations commerciales. Le volume des échanges entre les deux pays a toujours été inférieur à 2 milliards de dollars, ce qui n’est pas un chiffre significatif dans les relations commerciales internationales.

“Le montant des accords commerciaux signés entre l’Iran et la Russie atteint plus de 25 milliards de dollars, mais vous pouvez voir que le niveau des relations commerciales opérationnelles entre les deux pays est inférieur à 2 milliards de dollars.”

A propos du retard du régime dans les relations économiques, il a ajouté : « Par exemple, le volume des échanges entre la Turquie et la Russie est de plus de 30 milliards de dollars, et les deux parties ont prévu de porter ce chiffre à 100 milliards de dollars, ce qui est un facteur déterminant dans les questions politiques.”

Il a déclaré que même d’autres pays n’avaient pas de bonnes relations économiques avec l’Iran et a ajouté : « Et bien sûr, même les pays voisins comme l’Irak se sont comportés de la même manière avec les partenaires commerciaux de l’Iran, et non seulement ils ont envisagé des tarifs plus élevés sur les importations en provenance d’Iran d’autres partenaires, mais l’Irak a refusé à plusieurs reprises de régler sa dette de 5 milliards de dollars avec l’Iran sous divers prétextes »

7,224FansLike
1,066FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les effets dévastateurs de la pandémie de COVID-19 sur la société iranienne

Les taux de mortalité liés à la Covid-19 en Iran augmentent rapidement, la pandémie a également eu des effets...

 Amnistie internationale condamne l’impunité pour les morts suspectes en prison en Iran

L’ONG Amnistie Internationale s’est basé sur l’examen approfondi des comptes-rendus d’organisations de défense des droits humains et de médias...

L’Iran risque de faire face à une nouvelle oppression

L'Iran risque de faire face à une nouvelle oppression suite à l'annulation des lignes directrices 2030 de l'UNESCO. Le secrétaire...

Mafia de la drogue en Iran : 80 % des drogues ne sont pas traçables

Comme l'a récemment déclaré le porte-parole du Siège pour la lutte contre la traite en Iran, sur les 34...

Le cabinet du gouvernement iranien : le ministre de l’Intérieur recherché par Interpol

Il y a deux semaines, les candidats d'Ebrahim Raïssi aux postes de ministre dans son administration ont été approuvés...

L’équipe de la mafia économique du président iranien

Après avoir présenté les membres de l'équipe économique du président iranien Ebrahim Raïssi, il est devenu clair que ce...

Doit lire

L’objectif du sommet de Bagdad et son impact sur le gouvernement iranien

Le Sommet de Bagdad s'est tenu dans la capitale...

Iran : « La conquête du pouvoir par les courtiers et les corrompus »

La faction du Guide suprême iranien Ali Khamenei cherche...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous