EconomyÉconomieUn emprunt perdu dans les égouts de la corruption...

Un emprunt perdu dans les égouts de la corruption du régime iranien

-

La triste histoire de la province iranienne du Khouzistan n’est pas terminée. L’eau potable, l’électricité et les soins de santé deviennent les rêves des gens, alors parler d’inflation, de chômage, de pauvreté et de misère est un non-sens. Ahvaz et d’autres villes de cette province en plus de ces misères sont confrontées au désastre des égouts municipaux.

Les eaux usées ne coulent pas seulement dans les rues de ces villes, mais à la moindre pluie, les eaux usées entrent en éruption et inondent toutes les rues, les ruelles, les maisons des gens et même les hôpitaux et les centres de santé.

Cette situation était si dramatique que les agences internationales ont décidé d’accorder un prêt important à l’Iran pour surmonter cette situation. Mais comme d’habitude dans ce régime corrompu, cet argent et cette aide n’ont pas atteint le peuple et cette ressource a été pillée.

Étonnamment, maintenant, après les dernières protestations des habitants du Khouzistan, les responsables du régime se souviennent de ce prêt et s’interrogent sur le sort de ces 149 millions de dollars qui ont été donnés au régime en 2005 par la Banque mondiale.

Ce prêt aurait dû mettre un terme à cette catastrophe sanitaire mais il est désormais devenu l’un des principaux sujets de conversation de la population dans les médias sociaux et dans l’opinion publique.

Et encore une fois, comme d’habitude, la réponse des responsables est que personne ne sait ce qu’il est advenu de ce prêt. Cet événement était si inexplicable que le gouverneur de l’époque a été contraint de l’appeler « empoisonnement de l’argent ».

Puis le fonctionnaire comme un hareng rouge a utilisé l’alibi d’un différend entre la Société des eaux et des égouts et la municipalité.

« Les autorités de l’eau et des égouts du Khouzistan, au lieu de remettre en question la façon dont les crédits précédents étaient alloués, ont déclenché une guerre entre l’eau, les eaux usées et la municipalité. (Quotidien étatique Etemad, 26 décembre 2019)

Dans une dispute entre factions, le gouverneur de l’époque a déclaré : « Au Khouzistan, nous avons souffert d’une sorte d’empoisonnement de l’argent, ce qui signifie que les projets sont financés, mais rien n’est fait. Shariati critique vivement le processus de mise en œuvre de l’usine de traitement des eaux usées d’Ahwaz et en particulier de la Société provinciale des eaux et des égouts et déclare : « Dans la province et à Ahvaz, tous les problèmes ne sont pas liés au manque d’argent et de crédit, cela se voit – la mise en œuvre de l’usine de traitement des eaux usées d’Ahwaz, qui, au cours des 15 dernières années, a reçu de nombreuses ressources de crédit, y compris un prêt de la Banque mondiale, mais n’a pas été exécutée. (Quotidien étatique Etemad, 26 décembre 2019)

Dans le même temps, le responsable de l’eau et des égouts de la province avait déclaré qu' »un ancien haut fonctionnaire de la province était impliqué dans la saisie de ce prêt en 2005, mais cette révélation n’a pas été tracée ». (IRNA, 20 décembre 2019)

Il s’est moqué de ce responsable et a déclaré: « Au lieu d’annoncer ce qui est arrivé à l’argent de la Banque mondiale, il est apparu en tant que plaignant et devient un prétendant pour la situation actuelle de l’eau et des eaux usées à Ahvaz. » (IRNA, 20 décembre 2019)

Depuis, les médias du régime ne cessent de parler et d’écrire sur cette corruption et le désastre qu’elle suscite. Voici quelques exemples :

« Pour la énième fois, des milliards de dollars seront alloués pour réguler la situation des eaux usées de la province. En raison de l’ambiguïté dans la manière d’allouer des milliards (tomans) de budgets, la situation des eaux usées de la province du Khouzistan stagne depuis de nombreuses années. (Etemad, 26 décembre 2019)

« Jusqu’à présent, de gros budgets ont été alloués pour résoudre les problèmes d’égouts d’Ahwaz, mais les rues de la métropole sont toujours inondées à chaque pluie et dès que le sol devient plus humide. » (Agence de presse de Java, 27 décembre 2020)

Dans les années 2000, la Banque mondiale a prédit la situation actuelle du système d’égouts d’Ahwaz et a envisagé un prêt pour améliorer le réseau d’égouts, mais il reste à voir où l’argent de ce prêt a été dépensé. Après environ une décennie et demie, le problème des eaux usées d’Ahwaz n’a pas été résolu. (Mardom Salari, 24 juillet 2021)

« L’accord de prêt a été signé en mars 2004 en présence du vice-ministre de l’économie, du vice-ministre de l’énergie, du successeur du ministre de l’énergie, ainsi que des représentants de la Banque mondiale. Mais après que l’essentiel de la signature de ce contrat s’est tari et le changement de gouvernement en 2005, jusqu’à la fin du neuvième gouvernement, les eaux usées du Khouzistan et le prêt de la Banque mondiale ont été oubliés. Ce prêt a peut-être été perdu quelque part dans l’histoire. (Iran Plus, 29 juillet 2021)

7,062FansLike
1,127FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les fonds de pension iraniens en faillite

Quatre des fonds de pension du régime iranien sont actuellement incapables de payer les salaires et les prestations de...

L’industrie pharmaceutique iranienne au bord de l’extinction

En Iran, les patients atteints de maladies critiques souffrent intimement d'un état désastreux d'approvisionnement en médicaments et en médicaments....

Les manifestations se poursuivent en Iran avec des slogans à bas Khamenei-Raïssi

Lors de la nomination de son cabinet au Parlement l'année dernière, le président des mollahs, Ebrahim Raïssi, a...

Le vice-président américain Mike Pence chez les Moudjahidine du Peuple d’Iran en Albanie

Le vice-président américain Mike Pence s’est rendu jeudi chez les Moudjahidine du Peuple d’Iran en Albanie, pour apporter son...

La propagation de la toxicomanie en Iran et les objectifs du régime

Un citoyen de Shiraz, victime de la politique criminelle du régime iranien, a évoqué la politique du régime consistant...

Braquage d’une banque dans la zone la plus sécurisée de Téhéran

— "Des braqueurs professionnels ont volé plus de 160 coffres-forts" dans une succursale de la Banque Melli, selon les...

Doit lire

Le vice-président américain Mike Pence chez les Moudjahidine du Peuple d’Iran en Albanie

Le vice-président américain Mike Pence s’est rendu jeudi chez...

La dégradation progressive du sol iranien, une menace irréversible

Le sol iranien connaît une mort lente et silencieuse....

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous