EconomyÉconomieLe budget du gouvernement Raïssi favorise le clan au...

Le budget du gouvernement Raïssi favorise le clan au pouvoir en Iran

-

Le budget annuel dans la plupart des pays du monde est élaboré au cours d’un processus minutieux, impliquant une collaboration entre politiciens et économistes, parmi de nombreuses autres professions. Ce budget est utilisé pour planifier les revenus projetés du pays et toutes les dépenses pour l’année à venir. Il est élaboré en équilibrant les sources de revenus par rapport aux dépenses du pays.

Un budget complet et progressif est un budget dans lequel le bien-être des citoyens sont prioritaires et ouvrent la voie aux progrès de la technologie, de l’environnement, de l’éducation, de la médecine, de l’exploration, etc.

Cependant, en Iran, le bien-être des citoyens n’a jamais été une priorité du budget. La façon dont les budgets sont élaborés garantit les bénéficient des gardiens de la révolution (IRGC) et ses organisations affiliées, ainsi que de nombreuses autres entités affiliées au régime.

Le dernier budget du gouvernement, présenté la semaine dernière au Majlis par le président du régime, Ebrahim Raïssi, se compose de deux parties. Le premier est le budget général du gouvernement et il comprend les dépenses du gouvernement, les ministères, les salaires et le budget de développement. La seconde se concentre sur les entreprises et fondations « non gouvernementales » affiliées au régime, qui inclus les pasdarans et l’armée.

A travers ces sociétés et fondations, des milliards de dollars sont générés et sont utilisés uniquement par le régime pour exporter le terrorisme et opprimer la société iranienne. Sans surprise, ces fondations bénéficient d’exonérations fiscales et ne sont jamais auditées pour leurs revenus et dépenses.

Dans le projet de loi sur le budget 2022-2023 de Raïssi, présenté au Parlement dimanche, le gouvernement a proposé un budget de 930 000 milliards de rials pour le Corps des gardiens de la révolution islamique, l’IRGC. L’année dernière, ce chiffre était de 380 000 milliards de rials, et l’année précédente, de 240 000 milliards.

Le quotidien public Hamdeli a écrit dans sa publication du 13 décembre que le montant du budget alloué à l’Organisation de radiodiffusion de la République islamique d’Iran (IRIB) s’élève à 5 200 milliards de rials. Comparé au montant dont disposait cette organisation dans le budget 2019-2020, qui était de 3 300 milliards de rials, le montant actuel a augmenté de 56%, soit plus de quatre fois plus que l’augmentation du salaire minimum iranien qui se situe à 10%.

Seul un tiers du budget du régime pour l’année persane à venir (2022-2023) a été alloué aux dépenses publiques avec de nombreuses ambiguïtés et manque de transparence.

Dans le budget 2022-2023, les demandes du peuple iranien ont été largement ignorées. Selon l’agence de presse officielle ILNA, les taux d’inflation de l’année dernière ont été complètement ignorés par le régime.

« Tous ces problèmes montrent que nous assisterons à une augmentation de l’inflation en 1401, et les dépenses créées dans le budget de l’année prochaine seront ajoutées aux frais de subsistance de la population. »

L’allocation budgétaire de l’armée a également fortement augmenté dans le budget de l’année prochaine, ce qui ne fera qu’aggraver la répression nationale et la poursuite de l’exportation du terrorisme à l’étranger. Les activités malveillantes du régime se poursuivront comme d’habitude, le CGRI recevant également une importante allocation budgétaire.

Pendant tout ce temps, le régime prévoit imposer des impôts supplémentaires aux citoyens iraniens, dont la majorité vivent bien en dessous du seuil de pauvreté et doivent lutter quotidiennement pour subvenir à leurs besoins. En outre, le budget a totalement refusé de s’attaquer aux crises actuelles en Iran qui ont un impact sérieux sur la vie du peuple iranien.

7,062FansLike
1,112FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : les manifestations contre la flambé du prix du pain

Les observateurs en Iran pensent que des manifestations à l'échelle nationale font suite à la décision du régime iranien...

La fuite des capitaux s’accélèrent en Iran

L'une des crises majeures actuelles de l'économie iranienne est la fuite des capitaux, qui est mise en œuvre par...

L’incurable crise du logement en Iran

Après qu'Ebrahim Raïssi a pris ses fonctions l'année dernière en tant que président du régime iranien, il a promis...

Ce que l’on sait de l’association Al-Movaheddin du régime iranien

L’association caritative Al-Movaheddin du régime iranien a été créée en 1987 par Hussein Marashi, le cousin d'Effat Marashi, qui...

Aucune entreprise étrangère n’est disposée à investir dans les ports du régime iranien

Un bref regard sur l'ampleur des investissements étrangers dans l'économie iranienne révèle la situation réelle de la situation économique...

Les causes de la violence dans la société iranienne

Le plus souvent, les nouvelles amères publiées par les médias du régime iranien ou diffusées par le peuple sur...

Doit lire

La dégradation progressive du sol iranien, une menace irréversible

Le sol iranien connaît une mort lente et silencieuse....

La contestation en Iran

Les experts et observateurs du régime iranien expriment ouvertement...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous