EconomyÉconomieLe régime iranien perd le marché gazier irakien

Le régime iranien perd le marché gazier irakien

-

Les exportations de gaz de l’Iran vers l’Irak ont considérablement chuté, l’Irak cherchant à importer du gaz d’autres pays. Avec l’arrivée de la saison froide, l’Iran a fait face à une pénurie de gaz et dans certains cas, le gaz domestique consommé par les citoyens iraniens a été coupé.

La pénurie de production de gaz en Iran a jeté son ombre sur ses exportations vers d’autres pays.

Ces dernières années, l’Irak a été l’un des principaux importateurs de gaz du régime iranien, mais ce pays a été touché par les conséquences des pénuries de gaz en Iran. Pendant les saisons froides de l’année, les exportations de gaz iranien vers l’Irak sont tombées à leur plus bas niveau.

En l’absence de garantie d’exporter la quantité de gaz convenue par le régime iranien vers l’Irak, le pays a récemment cherché à remplacer le gaz du régime iranien en s’adressant à d’autres pays pour importer d’eux du gaz garanti.

Récemment, Ahmad Musa, porte-parole du ministère irakien de l’Électricité, a annoncé que la production d’électricité dans de nombreuses centrales électriques du pays avait été interrompue en raison d’une forte baisse des exportations de gaz de l’Iran.

Le régime iranien perd le marché gazier irakien

Musa a ajouté que le régime iranien a réduit les exportations de gaz vers l’Irak de 50 millions de mètres cubes par jour à 8,5 millions de mètres cubes.

En août 2021, des responsables irakiens ont annoncé avoir entamé des consultations diplomatiques pour résoudre le problème d’importation de gaz.

À cet égard, Hamid Reza Salehi, membre de la Chambre de commerce du régime iranien, a récemment annoncé que le régime iranien n’a que des ventes minimales d’électricité à l’Irak et qu’aucun argent n’est reçu, ce qui a détourné le grand marché du pays contre la faveur de l’Iran. Régime à des pays comme l’Arabie saoudite et l’Égypte.

Salehi a déploré que le régime perde les marchés de 20 à 30 milliards de dollars de Bagdad, ce qui est une grande perte pour le régime en raison de sa situation économique critique.

En outre, le quotidien d’État Mardomsalari a rapporté le 22 février 2022 un « compte à rebours jusqu’à la suspension des exportations de gaz du gouvernement iranien vers Bagdad » et a annoncé que l’Irak et le Qatar discutaient de la possibilité d’exporter du gaz qatari vers ce pays.

Avec ces négociations, qui semblent avoir atteint leur phase finale et seront bientôt mises en œuvre, l’Irak importera du gaz du Qatar et réduira les importations du régime iranien.

Auparavant, des responsables irakiens avaient signé un protocole d’accord avec des responsables saoudiens pour importer de l’électricité d’Arabie saoudite.

Alors que l’Iran se classe au deuxième rang mondial en termes de réserves de gaz, la mauvaise gestion et l’inadéquation du régime ces dernières années ont empêché le pays d’utiliser de manière optimale ses vastes gisements de gaz.

Par exemple, l’Iran partage un gisement de gaz avec le Qatar. Seul le Qatar extrait du gaz de ce gisement en raison de l’investissement correspondant, tandis que le gaz qui en résulte est brûlé du côté iranien et part dans l’air.

Le problème est aggravé par le fait qu’en raison des sanctions américaines contre Téhéran, Bagdad est autorisée à importer de l’énergie mais n’est pas autorisée à payer Téhéran en espèces.

Les restrictions sont en place depuis que Washington s’est retiré du JCPOA en 2018 et a réimposé des sanctions à Téhéran. La Maison Blanche a depuis exigé de l’Irak qu’il paie ses importations d’énergie en provenance d’Iran sous forme de biens, et non en espèces.

Et ce n’est pas la première fois que le peuple iranien souffre économiquement à cause des actions du régime.

La même chose s’est produite avec l’électricité il y a deux ans. À cette époque, le régime ne pouvait pas gérer l’électricité et avait des problèmes pour exporter de l’électricité vers l’Irak, qui remplaçait également l’électricité dont il avait besoin via l’Arabie saoudite. Par conséquent, le régime a perdu une autre source importante de revenus.

En attendant, le Qatar tire d’énormes bénéfices de ce remplacement, car il exporte du gaz du champ commun de South Pars. C’est un coup porté à la richesse nationale de l’Iran car le régime n’est pas en mesure d’extraire du gaz de ce gisement.

7,062FansLike
1,125FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les manifestations se poursuivent en Iran avec des slogans à bas Khamenei-Raïssi

Lors de la nomination de son cabinet au Parlement l'année dernière, le président des mollahs, Ebrahim Raïssi, a...

Le vice-président américain Mike Pence chez les Moudjahidine du Peuple d’Iran en Albanie

Le vice-président américain Mike Pence s’est rendu jeudi chez les Moudjahidine du Peuple d’Iran en Albanie, pour apporter son...

La propagation de la toxicomanie en Iran et les objectifs du régime

Un citoyen de Shiraz, victime de la politique criminelle du régime iranien, a évoqué la politique du régime consistant...

Braquage d’une banque dans la zone la plus sécurisée de Téhéran

— "Des braqueurs professionnels ont volé plus de 160 coffres-forts" dans une succursale de la Banque Melli, selon les...

Iran : Les enfants travailleurs exposés à des lésions irréparables tout au long de leur vie

Lancée en 2002, la Journée mondiale contre le travail des enfants est célébrée le 12 juin. L'article 32 de...

La manière la plus extrême de détruire la nation iranienne

Après plus de 40 ans de destruction du pays, le régime iranien a encore accéléré cette destruction pendant le...

Doit lire

Le vice-président américain Mike Pence chez les Moudjahidine du Peuple d’Iran en Albanie

Le vice-président américain Mike Pence s’est rendu jeudi chez...

La dégradation progressive du sol iranien, une menace irréversible

Le sol iranien connaît une mort lente et silencieuse....

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous