Par Jubin Katiraie

Alors que le ministre des Affaires étrangères des mollahs Javad Zarif devait participer à la Conférence de Munich sur la sécurité le 14 février, les observateurs s’interrogent sur la pertinence pour la communauté internationale de continuer à inviter ce type d’individu à ces événements alors qu'elle sait qu'il n'est guère plus qu'un apologiste et propagandiste d’une des dictatures les plus féroce du 21e siècle.

APF - La dirigeante des Moudjahidine du peuple, un groupe de l'opposition iranienne en exil, a appelé vendredi à "expulser les mollahs de la région", après la mort en Irak du général iranien Kassem Soleimani, tué dans un raid américain, selon un communiqué du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI).

Quelques 200 parlementaires en Europe ont soutenu l’appel de Maryam Radjavi, présidente du Conseil national de la Résistance iranienne, lancé à l’ONU pour envoyer une mission d’enquête en Iran. En effet, le régime iranien refuse toujours de divulguer les chiffres de la répression du soulèvement de novembre.

Lundi le soulèvement de la population s'est poursuivi en Iran. Malgré les menaces de Khamenei et du chef de l’appareil judiciaire, de multiples villes ont été le théâtre de manifestations et d’affrontements avec les forces répressives. 61 tués ont été répertoriés dans 10 villes, mais le nombre réel est plus élevé.

L'ancien maire de New York, Rudy Giuliani, a pris la parole samedi lors de l'événement annuel Iran Libre, qui s'est tenu au siège de la principale organisation d'opposition iranienne, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), où il a accusé le régime des mollahs de crimes contre l'humanité et déclaré que sa dictature ne pouvait plus être tolérée, a indiqué CNSNews.com ce lundi.

Achraf 3, la cité des membres de l'Organisation des Moudjahidine du Peuple d'Iran (OMPI), accueillait samedi le grand rendez-vous annuel de la résistance iranienne. Intitulé « Pour un Iran libre », la conférence internationale a été l’occasion pour le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) d’affirmer sa capacité à renverser le régime intégriste et à diriger l’Iran vers la démocratie.

L’agence Associated Press a publié le papier suivant sur la manifestation des partisans du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) à Paris:

PARIS - Plusieurs milliers de partisans d'un groupe d'opposition iranien en exil ont défilé vendredi à Paris pour demander la fin du régime des mollahs iraniens, 40 ans après la révolution islamique qui a renversé la monarchie iranienne.

Au seuil du 40e anniversaire de la chute du chah (février 1979), alors que la dictature religieuse est plus que jamais embourbée dans des crises incurables et que les Iraniens se soulèvent dans le pays pour réclamer les libertés fondamentales, les manifestants à Paris déclareront leur soutien à la liberté et la démocratie en Iran et à l’alternative démocratique incarnée par le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI).

Les communautés iraniennes de 20 grandes villes et capitales d'Europe et d'Amérique du Nord vont commémorer le 30e anniversaire du massacre de prisonniers politiques en Iran en 1988 par une conférence interactive simultanée, où elles demanderont à la communauté internationale d'appuyer la campagne pour poursuivre devant la justice internationale les responsables du massacre de 88 et de la répression du soulèvement en cours en Iran.

Les Iraniens manifestent depuis cinq jours en Iran dans des mouvements de révoltes contre la vie chère et avec des slogans contre la dictature d’Ali Khamenei. Usés par une crise économique endémique qui attise la colère contre le système politique, craignent une aggravation de la situation marquée par la chute de la monnaie iranienne, le rial, qui a perdu environ deux tiers de sa valeur en six mois.

Le 30 juin 2018, un immense rassemblement pour un Iran libre sera organisé à Villepinte-Paris nord. Le meeting annuel pour un "Iran Libre", organisé par le Conseil National de la Résistance iranienne (CNRI), aura pour but de promouvoir les droits de l'homme et la liberté en Iran et d'encourager le départ des mollahs au pouvoir, au profit d'un régime démocratique.

Averc Reuters - Une personne au moins a été tuée lors d'une manifestation qui a donné lieu à de violents débordements mercredi soir à Kazeroon, dans le sud de l'Iran, a rapporté Reuters. Des manifestants ont incendié un commissariat de police, ajoute l'agence, qui fait également état d'au moins six blessés.

Le 2 janvier 2018, dans un appel au président Emmanuel Macron, Hassan Rohani, président du régime iranien, demandait à la France de prendre des mesures pour restreindre les activités d'un groupe iranien basé en France qu’il a qualifié de « terroriste » et impliqué selon lui dans les manifestations qui ont ébranlé l’Iran au début de l’année. C’était une claire allusion à l’Organisation des Moudjahidine du peuple (OMPI), un mouvement d’opposants déterminés et de longue date au régime iranien.

Alors que la communauté internationale reconnaît la nécessité de s'opposer aux activités malveillantes du régime iranien, que les mollahs sont assiégés par la crise dans leur pays et que le mécontentement social s'intensifie dans leur pays, le renversement du régime à portée de main, a déclaré samedi, Maryam Radjavi, la présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, dans une allocution prononcée lors d'une conférence internationale à Paris, intitulée "Le régime des mollahs dans les crises, la situation explosive".”

Par Ali Safavi - THE Hill: Le 4 novembre, le régime iranien a commémoré le 38e anniversaire de la prise de l'ambassade des États-Unis en 1979, lorsque des dizaines de citoyens américains ont été pris en otage pendant 444 jours. Cette année, il a fait défiler ses missiles balistiques devant l'ancienne ambassade des États-Unis à Téhéran. Avec des slogans tels que « Mort à l'Amérique », le mépris des normes internationales et de l'accord nucléaire est devenu très évident.

Iran Focus : Dans un discours devant l'Assemblée générale de l'ONU, le président américain Donald Trump a qualifié Téhéran de « dictature corrompue qui au lieu d’utiliser ses ressources pour améliorer la vie des Iraniens, « il utilise ses bénéfices pétroliers pour financer le Hezbollah et d’autres terroristes ».

Recherche

Iran - Maragheh l'homme infecté par le coronavirus est par terre depuis une heure

Les filles sont omniprésentes dans les manifestations étudiantes contre le régime en Iran

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

Iran : agh, ghola inondation

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS