Les partisans du groupe d'opposition iranien, l'Organisation des Moudjahidines du peuple d'Iran (OMPI), ont manifesté mercredi devant le Parlement suédois à Stockholm pour attirer l'attention sur les violations des droits de l'Homme en Iran.

Les partisans du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) et des Moudjahidines du peuple iranien condamnaient la présence du ministre des Affaires étrangères iranien Javad Zarif. Ils ont brandi des banderoles et portaient des masques de certains responsables iraniens, avec du sang sur leur visage, comme on peut le voir dans ce rapport du CNRI.

Ils ont appelé le gouvernement suédois à faire en sorte que toutes les améliorations apportées à leurs relations politiques ou économiques avec le régime, soient soumises à la condition que la situation des droits de l'Homme en Iran s'améliore, en particulier l'arrêt des exécutions.

Le rapporteur spécial de l'ONU sur les droits de l'Homme et Amnesty International estiment que seulement pour l'année 2015, l'Iran a exécuté près de 1000 personnes. L'Iran a également le taux d'exécution par habitant le plus élevé au monde.

Dans le conflit syrien, l'Iran a fourni 70000 troupes et milices étrangères pour soutenir Bachar al-Assad, selon le CNRI. La guerre civile aurait pu prendre fin, et Assad aurait pu être renversé il y a longtemps, si la dictature n'avait pas été soutenue par Téhéran, dit-il.

Les manifestants ont insisté sur le fait que Zarif devait être tenu responsable pour les "crimes contre l'humanité" commis par le régime iranien.

Cela fait suite à une manifestation similaire organisée par les partisans de l'OMPI à Helsinki mardi dernier, qui ont exhorté le gouvernement finlandais à faire des droits de l'Homme une priorité dans ses négociations avec l'Iran.