08252019Dim

Iran - la réinstallation des résidents du Camp Liberty de l’Iraq vers l’Europe s’échève avec succès

Iran - la réinstallation des résidents du Camp Liberty de l’Iraq vers l’Europe s’échève avec succès

Un processus long et coûteux

Le 9 septembre 2016 est une date importante dans l’histoire de l’opposition iranienne, En effet, le dernier groupe de résidents du Camp Liberty (plus de 280 personnes) a quitté Bagdad, Irak cet après-midi en direction de l’Albanie. Ce dernier déplacement met un point final au processus de réinqtallation des membres de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI/MEK) hors de l’Irak, malgré le flot de conspirations, de menaces et d’obstacles de la part du régime iranien jusqu’au tout dernier jour.

Ce processus de relocalisation, d’une durée de quatre ans et demi, avait pour objectif d’évacuer près de 2000 résidents d’Irak et de les transférer vers des pays Européens comprenant l’Allemagne, la Norvège, la Finlande, le Danemark, la Belgique, l’Italie, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et l’Espagne.

Sur demande de l’ambassadeur du régime iranien en Irak (un commandant de la force terroriste Qods des Gardiens de la révolution), les agents du Renseignement irakien ont empêché les résidents d’emporter leurs biens personnels avec eux, par exemple des ordinateurs, radios, téléphones portables et même rasoirs électriques. Ils ont confisqué 255 ordinateurs personnels rien qu’au cours de ces deux derniers jours. Les résidents demandent avec insistance à la MANUI (Mission d’assistance de l’ONU en Irak) de les récupérer et de les transférer en Albanie, à leurs propres frais.

En outre et en dépit de ses engagements précédents, la partie irakienne a saboté la vente de plus de 90% des biens des résidents. Les résidents avaient pourtant signé un contrat avec un commerçant agréé du gouvernement irakien afin de vendre leurs propriétés pour une valeur de 10.7 millions de dollars, mais les agents irakiens ont autorisé la vente de seulement 10% des propriétés et à un quart du prix du marché.

Malheureusement, les tentatives de sabotage du processus de la part de la dictature théocratique au pouvoir en Iran ne s’arrêtent pas là, et ont également coûté des vies. En plus d’avoir fourni des notices rouges à Interpol et d’avoir utilisé de faux mandats d’arrêts délivrés par le système judiciaire irakien, le régime théocratique au pouvoir a également lancé des attaques contre les membres de l’OMPI en Irak. Exploitant l’atmosphère post-invasion en Irak, le régime iranien est responsable de cinq attaques de roquettes contre le Camp Liberty, trois massacres au camp d’Achraf, deux enlèvements de résidents et l’imposition d’un siège total de 8 ans qui a entraîné 177 décès. Malgré ces actes inhumains, son objectif d’empêcher le départ d’Irak d’un millier de membres de l’OMPI, en particulier les responsables et d’autres personnalités connues, a été un échec.

Un soutien précieux

Le Conseil National de la Résistance iranienne (CNRI) a applaudi les efforts constants de sa Présidente élue Maryam Radjavi dans sa lutte pour la protection des résidents de Liberty jusqu’à leur transfert hors d’Irak, dans sa déclaration annuelle publiée il y a quelques jours. Le CNRI a également souligné que sans le soutien apporté à la Résistance iranienne et la couverture politique des personnalités arabes, européennes et américaines, le régime du Guide suprême iranien et de ses mandataires irakiens n’auraient pas autorisé le départ d’Irak même d’un seul résident membre de l’OMPI, en vie.

Les efforts de la Résistance iranienne ont également conduit le Congrès américain à introduire des résolutions et à adopter des lois obligeant le Gouvernement américain à protéger les résidents du Camp Liberty et à les transférer hors d’Irak en toute sécurité. Le Parlement européen, le Parlement britannique et d’autres pays du Moyen-Orient et d’Europe ont adopté des déclarations et mesures similaires.

Le Haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiés a déclaré le 19 juillet 2016 que « Le HCR va soutenir un flot stable et croissant de mouvements hors d’Irak dans les mois à venir. Nous espérons que le processus sera bien achevé avant la fin de l’année. Ce progrès a été atteint avec la coopération des résidents qui ont effectué le processus de déplacement en dépit des circonstances difficiles, incluant l’attaque du 4 juillet 2016 qui, fort heureusement, n’a fait aucune victime. » « Le succès continu dans la mise en œuvre des solutions a été également lié à l’engagement des résidents à répondre à la plupart des coûts associés, particulièrement pour le soutien sur le long terme des résidents qui ont été transférés hors d’Irak et qui n’ont accès à aucune assistance de l’Etat. »

Un nouveau chapitre pour le peuple iranien

La Résistance iranienne souhaite recevoir une indemnisation proportionnelle aux biens des résidents du Camp Ashraf confisqués par les militaires et milices irakiens, évalués à 550 millions de dollars.

En outre, ces dernières semaines, la force Qods du régime théocratique avait fourni depuis plusieurs roquettes et a ordonné à trois de ses milices irakiennes, Kata’eb Hezbollah, Asa’eb Ahl Al-Haq, et Harakat al-Nujaba, de lancer des attaques de missile contre le Camp Liberty dès que possible. Le 19 août 2016, Kata’eb Hezbollah a stationné un camion chargé de roquettes à proximité du Camp Liberty, mais le plan a été contrecarré à temps par la Police fédérale irakienne.

Les tentatives du régime iranien pour empêcher le départ des membres de l’OMPI d’Irak sont donc restées infructueuses, et le transfert réussi des résidents du Camp Liberty en est une preuve évidente. La défaite du régime à cet égard et l’augmentation des appels à la justice pour le massacre des 30 000 prisonniers politiques en 1988 ouvrent un nouveau chapitre pour la résistance et le peuple iraniens.

 

 

 

 

Recherche

Grand rassemblement de l'opposition iranienne à Achraf 3 - Juillet 2019

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

Iran : agh, ghola inondation

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS