AFP - Quelques centaines de personnes ont manifesté lundi après-midi à Paris contre "le massacre" en Iran, où la répression de la contestation a fait plusieurs centaines de morts, selon des opposants.

"Le régime est passé à une nouvelle phase: il a donné l'ordre systématique de tirer sur les manifestants. C'est inédit. Jamais il n'y a eu un tel massacre", a déclaré à l'AFP Behzad Naziri, membre du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), organisateur de la manifestation. "L'Iran est en ébullition. Plus on avance, plus les chiffres sont alarmants: on a commencé avec 200 morts et on en est aujourd'hui à 600, 4.000 blessés et 12.000 arrestations", a-t-il ajouté parmi un rassemblement de quelques centaines d'Iraniens et sympathisants, dont des élus français, réunis derrière une banderole où était écrit "Le massacre des manifestants est un crime contre l'humanité".

Lundi, l'ONG de défense des droits humains Amnesty International a estimé qu'au moins 208 manifestants ont été tués dans la répression des manifestations, déclenchées le 15 novembre par l'annonce d'une hausse du prix de l'essence dans un pays frappé par une grave récession.

Le régime iranien jugeait déjà le précédent bilan de 161 morts "exagéré", se refusant pour l'instant à donner son propre bilan.

"La communauté internationale doit condamner sans complaisance. Il faut cesser de fermer les yeux", a poursuivi le membre du CNRI, qui fédère une partie de l'opposition à l'étranger et en particulier les Moudjahidines du peuple, groupe d'opposition en exil qualifié de secte "terroriste" par Téhéran.

"Il faut que la lumière soit faite", a réclamé lors d'une prise de parole Jacques Boutault, maire EELV (écologiste) du 2e arrondissement de Paris et membre du Comité des maires de France pour un Iran démocratique. "La France doit prendre l'initiative d'une mission d'enquête dans les prisons en Iran", a-t-il ajouté, reprenant l'appel du Comité parlementaire pour un Iran démocratique, qui réunit des députés français et soutient l'appel du CNRI à l'établissement d'une mission des Nations unies visant à "évaluer le nombre et la situation des personnes tuées, blessées et emprisonnées".

Recherche

Les filles sont omniprésentes dans les manifestations étudiantes contre le régime en Iran

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

Iran : agh, ghola inondation

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS