Iran: la population réagit vivement à l’exécution de cinq prisonniers politiques, grèves

ImageIran Focus : A la suite de la pendaison de cinq prisonniers politiques dimanche dernier, la population des provinces du Kurdistan et d’Azerbaïdjan de l’ouest, notamment dans les villes de Sanandaj, Boukan, Saghez, Marivan, Mahabad, Piranchahr, Bidjar, Makou, Chonou et Divandareh, s’est mise en grève, rapporte un communiqué de la Résistance organisée (Cnri).

Les militants kurdes Chirine Alam-Houli, Farzad Kamangar, Ali Heydarian, Farhad Vakili et l’opposant Mehdi Eslamian ont été pendus le 9 mai à la prison d’Evine de Téhéran.

Selon le communiqué, à Piranchahr, la population est descendue dans la rue et a affronté les forces de sécurité. Elle protestait contre les pendaisons et la délocalisation du bazar frontalier à la ville de Mohammad-Yar de Naghadeh. Les manifestants ont incendié les véhicules de sécurité et rossé le gouverneur et le député local.

A Dehgolan, en lançant des slogans hostiles au pouvoir, la jeunesse courageuse a lancé une manifestation et s’est heurtée aux agents qui chargeaient le cortège. Pour empêcher la manifestation de se développer, les agents ont tiré sur la foule.

A Boukan, la place principale et de très nombreuses rues débordent de forces de sécurité, d’agents de renseignement et en civil pour empêcher toute manifestation.

A Kamiaran et Marivan tous les magasins sont fermés et en grève. La plupart des enfants ne sont pas allés en cours et les écoles sont pratiquement vides.

A Sanandaj, tous les commerces de la place Enghelab, des centres commerciaux, de la rue Chahpour et du bazar couvert sont fermés et en grève.