Les députés kurdes irakiens appuient l'éviction de Maliki du poste de Premier ministre


Kawa Muhammad, un député du Mouvement pour le changement (Gorran) a déclaré, "Maliki n'est pas un homme d'Etat, ni un homme sage ou progressiste, il ne fonctionne que par réaction." Se référant à Maliki qui refuse d'accepter la décision du président irakien, Muhammad a ajouté: "le discours de M. Maliki était le même que ces dictateurs qui s'accrochent au pouvoir."


Renas Jano, un député du Parti démocratique du Kurdistan (PDK), a également critiqué Maliki: "Si Maliki apporte les disputes de son partis sur la scène nationale, il ne fera que trahir tous les partis politiques, y compris ses propres amis. "


Adil Nouri, un député kurde de l'Union islamique (Yekgirtu) a de son coté déclaré que l'attachement de Maliki au pouvoir pourrait avoir les mêmes conséquences que cela a eu pour Kadhafi, l'ancien dirigeant libyen qui a été tué après avoir refusé de quitter le pouvoir. «J'espère que ses conseillers (Maliki) lui donneront des conseils judicieux afin d'avoir un transfert en douceur du pouvoir", a déclaré Nouri Rudaw.


Arez Abdullah, un député de l'Union patriotique du Kurdistan (UPK), a pour sa part estimé qu' "avec ce genre de comportement Maliki ne fait qu'approfondir la crise irakienne."