07222019Lun

Les réformateurs iraniens n'ont pas gagné les élections du 26 février

Les réformateurs iraniens n'ont pas gagné les élections du 26 février

Une synthèse très lucide des élections en Iran par Marc DAOU sur le site de France 24 qui diffère des éloges aveugles que l’on observe dans la presse parisienne concernant les éléctions organisées le 26 février.

« Contrairement aux apparences, les réformateurs n'ont pas gagné. Seul le camp du président Rohani, qu'ils ont soutenu, a connu un succès relatif », observe l’auteur de l’article qui poursuit : « Les élections législatives qui se sont déroulées en Iran le 26 février ont provoqué un apparent rééquilibrage des pouvoirs dans le pays, à même de réduire la mainmise sur le pouvoir des ultraconservateurs qui étaient jusqu’ici majoritaires au Majlis (Parlement). »

Des constatations et arguments convainquant sont avancés par l’auteur :

« Dès lors, de nombreux médias occidentaux se sont empressés de saluer une victoire éclatante du président Rohani et des réformateurs sur le camp conservateur, qui reste lui intraitable sur les fondements du système politique issu de la Révolution de 1979. Une conclusion simplificatrice loin de refléter une réalité politique plus complexe. » (…)

« Les leaders, les figures de premier plan et même les seconds couteaux du camp réformateur ont été massivement écartés du scrutin par le Conseil des gardiens de la Constitution, qui a un droit de veto sur les candidatures, et les quelques candidats présentés étaient inconnus du grand public. En province, pour faire barrage aux ultraconservateurs, ils ont parfois été obligés de soutenir une liste par défaut ou de faire alliance avec des candidats souvent aux antipodes de leur ligne politique. Voire dans certains cas, d’appeler à voter en faveur de personnages qui les ont activement combattus dans le passé.

« L'électeur iranien, celui de la capitale ou de quelques grandes villes, ne se faisait pas d’illusion sur les candidats", explique à France 24 Fereydoun Khavand, maître de conférences à l’université Paris V. "Pragmatique, entre le pire et le moindre mal, il a opté pour le moindre mal, ce qui a permis à la modération de l’emporter. »

Des candidats au passé sulfureux

« Des profils (…) sulfureux se sont retrouvés sur les listes présentées aux élections destinées à renouveler l'Assemblée des experts, chargée de nommer le Guide suprême, et qui, restera aux mains des conservateurs. »

« Ainsi, (…) à Téhéran, la liste du camp Rohani, qui a enregistré un succès symbolique en barrant la route à deux barons ultraconservateurs, comprenait deux anciens ministres des Renseignements, Ghorban Ali Dorri Najafabadi et Mohammad Reyshahri. Lorsqu’il était au gouvernement (1997-2000), le premier a vu certains de ses agents accusés d’avoir assassiné des dissidents et des intellectuels. Le second a été sanctionné par l’Union européenne en avril 2011 à cause de "violations sérieuses des droits de l’Homme ».

« En province, un des candidats soutenus par les réformateurs, Ali Fallahian, lui aussi ministre des Renseignements (1989-1997), avait été visé en 1992 par un mandat d’arrêt lancé par un procureur allemand à la suite d’un attentat dans un restaurant berlinois qui avait fait quatre morts. Il est également recherché par Interpol pour son implication présumée dans l’attentat contre un centre juif à Buenos Aires en 1994. Défait dans les urnes, il ne siègera pas au sein de l’Assemblée des experts.

Autant d’éléments à même de tempérer l’enthousiasme de ceux qui ont perçu un virage politique majeur dans un pays où l'ayatollah Ali Khamenei, 76 ans, reste la plus haute autorité du pays et décide des grands axes de la politique intérieure et internationale. »

« Si le poids des ultraconservateurs va s’alléger et qu’il y aura peut-être plus de tolérance, il ne faut pas penser que les portes des prisons politiques vont s’ouvrir et qu’une liberté d’expression absolue régnera, on est très loin", indique à France 24 François Géré, directeur de l'Institut français d'analyses stratégiques (Ifas) et spécialiste de l'Iran. »

Lire l’intégralité de l’article.

Recherche

Iran, Dezful, inondation, aucun signe des autorités du régime iranien

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran : agh, ghola inondation

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS