06202019Jeu

Les protestations se poursuivent à travers l’Iran

Les protestations se poursuivent à travers l’Iran

 Les protestations se poursuivent à travers l’Iran dans diverses couches de la population, notamment chez les ouvriers, les étudiants, les artistes et même les médecins.

Les étudiants de l’Université Sama à Kermanchah (à l’ouest de l’Iran) ont protesté contre une nouvelle règle mise en place dans cette université selon laquelle un étudiant qui n’a pas payé la totalité de ses frais de scolarité ne peut pas passer ses examens. Les protestataires disent qu’ils n’ont pas les moyens de payer leurs frais de scolarité, d’autant plus qu’ils n’ont pas accès à des emplois à temps partiel qui leur permettraient de financer leurs études.

Les professeurs de l’éducation physique à Kermanshah ont protesté contre un retard de cinq mois dans le paiement de leur salaire et contre le non-paiement de leurs heures supplémentaires.

Dans l’Université libre de Kachan, environ 200 étudiants ont manifesté contre la mauvaise qualité de la nourriture dans la cantine de cette université.

Les commerçants d’un marché situé dans le quartier Yaft-Abad à Téhéran – en particulier les vendeurs de meubles du centre commercial Omid – ont fermé leurs magasins et sont descendus dans les rues pour exprimer leur désarroi face à la récession persistante et face aux perspectives sombres de leur profession.

Beaucoup d’Iraniens sont déçus par le fait que le gouvernement de Rohani ne fait rien pour régler les problèmes quotidiens des gens et passe son temps et ses énergies dans des jeux politiciens.

La situation de « Padideh Shandiz » (une société d’investissement étroitement liés aux pasdaran) a provoqué de nombreuses inquiétudes chez les petits-porteurs qui lui avaient confié leurs épargnes. Cette société qui brassait plusieurs milliards de dollars a manipulé ses comptes et a agi bien au-delà du paramètre d’action d’une entreprise privée. Les victimes des malversations qui ont eu lieu au sein de cette société ont participé à un rassemblement devant le bureau de Rohani, situé à la rue Pasteur à Téhéran. Près de 120.000 petite-porteurs exigent le remboursement des sommes qu’ils avaient confié à cette société devenue aujourd’hui un symbole de la corruption étatique à grande échelle.

Des habitants de la ville d’Ahwaz (au sud-ouest de l’Iran) – qui s’étaient rassemblés dans le stade de la ville pour regarder un match de football – ont protesté contre les projets de détournement du fleuve Karoun et de construction du barrage Behecht-Abad. En même temps, un autre groupe de manifestants ont formé une chaîne humaine aux deux côtés du fleuve Karoun.

L’ampleur des protestations et la diversité des revendications populaires en Iran montrent une augmentation générale du niveau de mécontentement dans la société iranienne et l’incapacité du régime des mollahs à répondre aux mécontentements à travers le pays.

Recherche

Iran, Dezful, inondation, aucun signe des autorités du régime iranien

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran : agh, ghola inondation

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS