L’UNESCO doit dénoncer les politiques liberticides en Iran

L’UNESCO doit dénoncer les politiques liberticides en Iran

L’UNESCO a tient sa 39e conférence en France dont l’objectif est de promouvoir la paix et la tolérance dans le monde, ainsi que la coopération et le multilatéralisme avec les Etats membres. Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO, a déclaré que l’organisation avait des solutions à offrir pour faire face à la montée de l’extrémisme aujourd’hui et a souligné que l’UNESCO existait pour lutter contre l’émergence des « nouvelles formes de racisme et d’intolérance. »

En l’honneur du 25e anniversaire de l’organisation, les membres ont mis en valeur les nombreux succès et réussites de ces dernières années.

L’UNESCO a également mis en œuvre un nouvel agenda qui fonctionne en coopération avec tous les États membres. Les dirigeants peuvent participer au forum des leaders lors de la 39e session de la conférence générale pour discuter de leurs approches et leurs politiques.

Une des valeurs principales de l’organisation est la liberté d’expression. Ce qui inclut la promotion des médias libres, diversifiés et indépendants sous toutes ses formes – en ligne, en format papier ou en émission. La liberté d’expression reconnait et contribue à l’éradication de la pauvreté et elle est essentielle pour la paix, les droits de l’Homme. Ceci requiert un soutien au journalisme indépendant.

Le régime iranien ne reconnait pas la liberté d’expression. Il interdit les libertés fondamentales et les Iraniens sont opprimés concernant leur habillement, leurs lectures, leur socialisation, leurs croyances religieuses et leur sexe. Il n’y a pas de liberté de la presse et les Iraniens sont arrêtés, torturés et parfois exécutés pour avoir simplement exprimé leur opposition au régime au pouvoir.