06192018Mar

G7 iran-340

Le sommet du G7 qui s'est achevé en fin de semaine au Canada, a abordé la crise iranienne dans son communiqué final. Les G7 déclarent notamment :

« Reconnaissant la menace que le programme de missiles balistiques de l’Iran fait peser sur la paix et la sécurité internationales, nous demandons à l’Iran de s’abstenir de tous tirs de missiles balistiques, qui sont incompatibles avec la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations Unies, y compris toutes ses annexes, et qui sont déstabilisants pour la région, et de cesser la prolifération de la technologie des missiles.

iran-france-ledrian-zarif

Selon le site du ministère français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian s’est entretenu au téléphone avec son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif le 9 mai. Il lui a rappelé la détermination de la France à préserver l’accord de Vienne. De même, comme il l’a dit lors de sa visite à Téhéran le 5 mars 2018, la France invite l’Iran à ouvrir une discussion approfondie sur l’ensemble des questions relatives à la stabilité régionale.

Iran-Syrie

La récente attaque chimique lancée sur les civils Syriens a fait des dizaines de morts et des milliers de blessés et a été très probablement menée par les forces du gouvernement syrien et leur allié iranien dont l’offensive a fait en tout près de 1600 morts chez les civils dans la Ghouta orientale depuis février.

Emmanuel-Macron-Mohammed-bin-Salman

Déclaration conjointe franco-saoudien à l’occasion de la visite officielle en France du prince Mohammed ben Salman, les deux pays ont souligné leur attachement à la paix et à la sécurité au Proche-Orient. La plus grande attention a été accordée à la situation actuelle de la Ghouta orientale, notamment aux récentes allégations de recours à des armes chimiques.

le_drian_Iran

Jean-Yves Le Drian, le ministre français des AE a condamné le tir par les rebelles houthis de plusieurs missiles balistiques qui ont visé l’Arabie Saoudite et notamment Riyad dans la nuit du 25 au 26 mars.

« Cette attaque constitue une nouvelle atteinte à la sécurité de l’Arabie saoudite et à la paix et à la stabilité de la région, a déclaré le porte-parole du Quais d’Orsay. Elle illustre la gravité de la menace que la prolifération balistique fait courir à l’ensemble de la région. Le transfert de capacités de missiles à des acteurs non étatiques susceptibles de les utiliser contre des Etats constitue un comportement irresponsable et contraire au droit. »

Iran-Irak_Maleki-Velayati

Le régime iranien est intervenu dans les affaires intérieures de plusieurs pays, dont la Syrie et le Yémen. Récemment, les ingérences de Téhéran en Irak se sont accrues. Lors d'une visite officielle en Irak il y a quelques semaines, Ali Akbar Velayati, premier conseiller du Guide Suprême, a parlé des élections qui auront bientôt lieu en Irak, en des termes controversé.

Comment le régime iranien mène une guerre indirecte au Moyen-Orient

Le régime iranien a rejoint des groupes qui lui sont fidèles au Moyen-Orient avec les forces de défense locales dans différents pays, qui sont devenus partie intégrante de l’armée de ces pays. Des preuves ont émergé dans un mémo d’avril 2017 des forces armées syriennes, qui indiquaient que les forces de défense allaient finalement remplacer les groupes pro-iraniens. Cela pourrait faire penser que l’Iran se retire du conflit syrien, mais ce n’est pas vrai.

Syrie : la guerre se poursuit, le régime iranien en partie responsable

Les combats en Syrie ont diminué alors que la communauté internationale essaie de mettre un terme à la guerre, mais ne vous méprenez pas, ce n’est pas terminé. À Idlib, sur le front sud à Alep, dans la banlieue de Damas et à l’est de l’Euphrate à Deir az-Zour, les combats sont toujours monnaie courante alors que les troupes russes ont attaqué récemment la base de Khmeimim à Latakia.

Iran : Nouvelles révélations sur le soutien aux groupes fondamentalistes islamiques

L’association irako-européenne pour la Liberté (EIFA) vient de publier un rapport sur le soutien de l’Iran aux groupes fondamentalistes islamiques. Cette information n’est pas nouvelle car dès le début, le régime de Téhéran s’est basé sur le double pilier de la répression interne et de l'exportation du terrorisme et de l’extrémisme religieux. En effet, la politique d'exportation du fondamentalisme islamique et de l'extrémisme est un aspect explicite de la stratégie de l'État depuis 38 ans. Toutefois, de nouvelles révélations viennent d’être publiées.

Le Hezbollah, l’arme dangereuse du régime iranien

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir, a accusé le Hezbollah, soutenu par le régime iranien, d’avoir court-circuité le Liban, soulignant que c’était la racine des problèmes au Liban.
Dans une conférence, le 16 novembre, avec son homologue français Jean-Yves Le Drian, il a déclaré que le Hezbollah poursuivait son ingérence dans les affaires des autres pays arabes sur ordre du régime iranien. Il a décrit le Hezbollah comme « l’arme la plus dangereuse de l’Iran ».

Un Saoudien enlevé au Liban, tension avec l’Iran

L'Arabie saoudite a fait savoir vendredi qu'un de ses ressortissants avait été enlevé au Liban, pays avec lequel le royaume est en pleine crise diplomatique. L'Arabie saoudite, le Koweït, les Emirats arabes unis et Bahreïn ont recommandé à leurs ressortissants de ne pas se rendre au Liban et exhorté ceux qui s'y trouvent à en partir. L'Iran dispose dans le Hezbollah d'un important relais au Liban qu’il instrumentalise à des fin de domination régionale.

Recherche

Iran, Les ouvriers du terminal de fret routier de Ispahan, rejoignent la grève nationale. le 31 mai

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS