Iran — douze banques iraniennes ont fait faillite. Cette annonce provient de l'agence de presse ILNA affiliée à l'État qui a cité un économiste du gouvernement le 1er mai qui affirmait : « en ce moment, 12 banques sont officiellement en faillite, mais rien n’est annoncé publiquement. »

Hossein Raghfar, économiste et membre du conseil scientifique de l'université d'Az-zahra à Téhéran, a déclaré que l'infrastructure de l'Iran souffrait du manque de réforme structurelle. Raghfar a également déclaré que « d'une certaine manière, la possibilité d'une réforme de l'économie est nulle ».

De grandes étendues d'installations industrielles et de production iranienne sont actuellement en panne ou produisent à une capacité très réduite. Arman Khaleqi, directeur du conseil d'administration à la Maison de l'Industrie et des Mines, a déclaré que les cantons industriels avaient 50% de leurs unités qui ne fonctionnant qu’à 25 % de leur capacité.

Les travailleurs sont en grève dans tout le pays à cause des salaires impayés et du mépris du gouvernement pour les lois du travail. L'augmentation des taxes ont frappé les commerçants des filières auparavant rentables tels que les meubles, ce qui suggère que le gouvernement iranien est de plus en plus désespéré et fait tout ce qu’il peut pour trouver des fonds afin de continuer à soutenir ses alliés régionaux en Syrie et au Yémen.

Un fabricant de meubles de Téhéran a déclaré : « les zones frontalières sont sensibles à l'expansion de l'exportation et de l'importation. Par conséquent, le taux d'imposition a augmenté afin d'être suffisamment rentable pour les douanes. »

Le chômage extrême, qui n'est pas comparable à un autre pays selon Raghfar, et la stagnation des salaires ont ravagé la vie iranienne et l'économie. Raghfar a également noté que les bas salaires versés aux femmes dans certains comtés iraniens étaient si bas qu'ils constituaient une certaine « forme d'esclavage ». Un cycle de pauvreté a conduit à un exode des actifs humains et financiers en Iran. Si un endroit ne propose pas de possibilités, les gens vont chercher ailleurs. L'Iran n'a pas d'emplois à offrir aux 940 000 étudiants diplômés qui sortent chaque année de ses universités.

Le vaste chômage a conduit à une foule de problèmes sociaux. Les taux de dépendance à des stupéfiants en Iran sont les plus élevés au monde. Une estimation de 2013 parue dans The Economist l'a estimé à deux millions, mais le chiffre réel est certainement encore plus élevé.

En plus des drogues traditionnelles telles que l'opium, les méthodes de production brute ont apporté de nouvelles drogues puissantes dans le pays. Les narcotiques comme le cristal meth, connu sous le nom de Shishe, sont vendus dans les salons pour femmes. Les guides de production maison sont disponibles pour seulement 2-3m rials (à l'époque 70-100 dollars, soit la moitié du salaire mensuel minimum iranien).

 

Lire aussi: 

7000 unités industrielles ont été fermées en Iran

Recherche

Iran - Sommet mondial en ligne

Les filles sont omniprésentes dans les manifestations étudiantes contre le régime en Iran

Iran - Maragheh l'homme infecté par le coronavirus est par terre depuis une heure

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

Iran : agh, ghola inondation

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS