Le rassemblement avait pour objectif :
- De protester contre les graves violations des droits de l’homme commises par le régime des mollahs en Iran.
- De dénoncer les ingérences bellicistes et le programme balistique des Pasdaran dans la région
- De dénoncer la destruction de l’environnement par le gouvernement, en particulier les industries associées aux Gardiens de la révolution.

Les violations des droits humains au lendemain du 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme
Les nombreux rapports des violations quotidiennes des droits de l’homme en Iran sont alarmants. Par exemple, 3200 personnes ont été exécutées depuis le mandat de Rohani à la présidence. Outre les exécutions, les violations des droits humains comprennent également la privation du peuple de leurs droits fondamentaux, à l’instar de la liberté de pensée, d’expression et de religion, la répression et le harcèlement des femmes, ou encore les discriminations à l’encontre des minorités ethniques en Iran.

La destruction de l’environnement à la veille du Sommet Climat
Les mollahs menacent non seulement le peuple iranien mais également l’environnement. En effet, ils exploitent les ressources naturelles sans limites avec pour seules fins la militarisation et le profit. Ils ont asséché les lacs, rivières et lagons et détruit les forêts et prairies.

La déclaration des manifestants
De nombreux exilés et réfugiés politiques iraniens en France, ou en provenance d’autres pays européens, figuraient parmi les manifestants. Issus d’une grande variété d’horizons culturels, ethniques et religieux, ils se sont rassemblés pour demander la libération de leur peuple. Ils ont attribué le succès de la manifestation aux Iraniens d’Iran, qui ont « soif de la liberté et sont impatientes pour l’établissement d’une démocratie. »

Réclamant un temps de changement et la fin de la dictature théocratique et barbare, et considérant que :
- Le régime du Guide suprême a lapidé les droits de l’homme en Iran, notamment par l’exécution de 120 000 opposants depuis plus de 30 ans, dont 30 000 prisonniers politiques lors du massacre de 1988, la répression et le harcèlement des femmes, les arrestations et exécutions arbitraires et massives et l’interdiction des libertés collectives et individuelles.
- Le régime a détruit l’environnement en asséchant, polluant et appauvrissant la nature, y compris les réserves d’eau, la terre et les forêts.
- L’établissement des droits de l’homme et de la démocratie en Iran ainsi que le libre arbitre des Iraniens sont nécessaires pour réparer les désastres écologiques et améliorer les problèmes sociaux.
- Le régime du Guide suprême et ses gardiens de la révolution ont utilisé les richesses du pays pour financer la répression en Iran, et la guerre et le terrorisme dans la région.

Les manifestants ont déclaré :
- Leur soutien pour un vrai changement en Iran, comme le réclament les Iraniens. Ce changement passe par le renversement du pouvoir du Guide suprême.
- Leur soutien au programme en 10 points de Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, pour l’Iran libre de demain.
- Leur soutien à une société démocratique, avec une séparation de la religion et de l’État, l’abolition de la peine de mort, une égalité des droits et libertés pour tous les citoyens et une égalité des sexes.
- Un appel aux participants de la conférence sur le climat à condamner les politiques destructrices en Iran et les dommages causés vis-à-vis du climat et de l’environnement.
- Un appel à tous les États, en particulier ceux d’Occident, à revoir leurs relations avec le régime du Guide suprême. En effet, les mollahs utilisent l’argent obtenu des relations politiques extérieures pour financer la répression et la guerre.
- Un appel à la communauté internationale, en particulier l’Union européenne, à mettre fin au programme de missiles balistiques en Iran et aux ingérences déstabilisatrices de Pasdaran au Moyen-Orient
- La reconnaissance du combat du peuple iranien pour l’obtention des libertés démocratiques et des droits de l’homme, et la chute du régime du Guide suprême.