Iran focus - un activiste politique iranien de premier plan, et prisonnier, Saleh Kohandel ne recevra plus de visites en raison des astuces psychologiques humiliantes utilisées par le personnel pénitentiaire. Dans une lettre ouverte, Kohandel décrit comment il a été interdit de toute interaction directe avec sa famille pendant six ans et soumis à la torture et à l'humiliation.

Le seul crime de Kohandel était d'exiger la démocratie et les droits de l'homme en Iran, selon ses proches.

Le 4 mai, Kohandel a été convoqué à une visite à travers une cloison de verre, puis fouillé quatre fois entre sa cellule et la salle de visite, avec les gardiens de prison essayant de le déshabiller devant d'autres prisonniers.

Kohandel a déclaré dans une lettre sortie clandestinement de prison : « Cette action est sale en dépit du fait que les gardiens savent très bien que, pendant mes dix années d’emprisonnement, je n'ai pas enfreint les règlements de la prison, y compris celles qui découlent de leur nature réactionnaire. »

Kohandel a été arrêté le 4 mars 2007 pour des liens avec le groupe d'opposition iranien des moudjahidines du peuple iranien (OMPI / MEK). Il est actuellement détenu à la prison de Gohardacht (Rajai-Shahr) à Karaj, au nord-ouest de Téhéran. Les forces de sécurité ont arrêté Kohandel devant sa fille de huit ans, Paria, qui a depuis été contrainte de fuir l'Iran.

Kohandel est parmi les prisonniers politiques qui se voient refuser un traitement médical.

Saleh Kohandel a écrit : « Je demande à tous mes proches de ne pas venir me rendre visite ce jour-là, ni avant. Je présente mes excuses à ma famille à l'avance parce que je ne peux plus tolérer les insultes et l'humiliation auxquelles je suis soumis. »

Lire la lettre complète ici.