Le Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a publié une déclaration demandant l'appui des organisations internationales des droits de l'homme pour faire libérer plusieurs prisonniers politiques gravement malades.

Le CNRI affirme que priver les prisonniers de soins médicaux adéquats est une tactique destinée à briser le moral et l'esprit des prisonniers politiques en Iran. Les prisonniers politiques spécifiquement mentionnés dans la déclaration ont entre 26 et 73 ans, sont à la fois des hommes et des femmes et sont dans un état critique.

Alireza Golipour, 30 ans, s'est vue refuser un traitement contre son cancer du poumon et souffre de graves saignements de nez continus. Alireza a été arrêté au cours des manifestations pro-démocratie en 2009, puis de nouveau en octobre 2012. Il a passé des mois en isolement et a été placé dans la prison d'Evin — l'exposant aux « gangs de types mafieux » du gouvernement au sein de la prison.

Ali Moezzi, 66 ans, souffre du cancer de la vessie, ainsi que de la prostate et des problèmes rénaux. Ali a été un militant depuis les années 1980 et a été plus récemment emprisonné pour avoir rendu visite à ses enfants dans le camp Ashraf — un camp de réfugiés en Irak qui est composé majoritairement de membres du groupe d'opposition des moudjahidines du peuple iranien (OMPI / MEK).

Abdolfattah Soltani, 63 ans, est un avocat qui souffre de problèmes digestifs et des problèmes cardiovasculaires, en plus d'une pression artérielle instable. Ces conditions contribuent à une perte de poids inhabituelle. Abdolfattah a été arrêté dans les manifestations de 2009 et purge une peine de 10 ans pour « propagande contre le système ». Le travail d'Abdolfattah avec les travailleurs emprisonnés, les étudiants et les journalistes en fait une cible cruciale pour le gouvernement iranien.

Zainab Jalalian, 44 ans, est un prisonnier politique kurde qui est sur le point de perdre la vue. La libération de Zainab vers un hôpital pour son traitement s'est faite sous la condition cruelle qu'un jeune membre de sa famille soit pris en otage. Zainab a été arrêté en mars 2008 et a été inculpé pour Moharebeh — inimitié contre Dieu — et purge une peine à perpétuité.

Mohsin Daneshpour Moghaddam, le plus âgé des personnes mentionnées a 73 ans, et est condamné à mort pour ses contacts avec l'OMPI /MEK. Il a été arrêté avec sa femme, son fils et sa belle-fille le 27 décembre 2009. Il a une vasoconstriction, une maladie cardiaque, et de l'arthrite dans ses genoux qui sont tous exacerbés par les « conditions de détention médiévales » auxquelles il a été soumis.

Massoud Arab Choubdar a été arrêté en 2013 et purge une peine de trois ans. Il semble toutefois qu'il a été soumis à la torture et qu’on lui refuse son traitement. Massoud était à l'infirmerie de la prison, mais a été renvoyé dans sa cellule. Pour protester contre cela, il a décidé de faire une grève de la faim.

Il y a de nombreux groupes des Nations Unies qui suivent de près les développements en Iran. Le CNRI a appelé les acteurs suivants à prendre des mesures :

• Le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme

• Le Rapporteur spécial sur la torture et autre peine ou traitement cruels, inhumains ou dégradants

• Le Rapporteur spécial sur le droit de toute personne de jouir du standard physique et mental le plus élevé possible

• Le Groupe de travail sur la détention arbitraire

• le Rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme en Iran

Depuis 1979, plus de 120 000 prisonniers politiques ont été exécutés et des centaines de milliers d'autres emprisonnés. Au cours des dernières années, selon les chiffres de l'ONU, le nombre d'exécutions a augmenté, malgré les déclarations de certains en Occident et en Iran comme quoi le président Hassan Rohani représenterait une étape vers une politique plus modérée.

Recherche

Iran - Sommet mondial en ligne

Les filles sont omniprésentes dans les manifestations étudiantes contre le régime en Iran

Iran - Maragheh l'homme infecté par le coronavirus est par terre depuis une heure

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

Iran : agh, ghola inondation

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS