Londres, le 27 mai 2016 — Un chef de file du syndicat des enseignants iraniens a averti la BBC des campagnes de harcèlement et d'emprisonnement auxquelles ils sont confrontés aux mains du gouvernement iranien.

Hashem Khastar de Mashhad, dans le nord-est du pays, a attiré l'attention sur les grèves de la faim qui se déroulent dans diverses prisons ainsi que la suppression de la liberté de réunion dans le pays. Khastar, qui a été emprisonné à trois reprises pour son travail de syndicat et de militant, affirme que les professeurs iraniens veulent la démocratie et sont prêts à aller en prison pour leur cause.

Le Congrès des syndicats britanniques et d'autres ONG telles que l'éducation internationale ont demandé au gouvernement iranien de respecter les droits des enseignants, mais aucune réponse n'a été reçue.

Hashem Khastar a déclaré à la BBC : « [Je suis] toujours préparé à ce que l'on sonne à ma porte et que l'on vienne me mettre en prison. »

Le gouvernement iranien par sa domination brutale a exilé, tué ou emprisonné de nombreux dirigeants de l'opposition et fait tout son possible pour neutraliser les réseaux et les mouvements. En tant que tel, il est difficile de s’organiser à travers le pays, mais pas impossible.

Les efforts internationaux ont permis à travers les associations d'enseignants et des initiatives d'éducation de fournir un soutien financier et des refuges pour ceux qui sont menacés par l'Iran - dont la politique sur l'ingérence internationale est beaucoup moins structurée que dans de nombreux autres pays.

L’Iran Teachers Trade Association (Association des enseignants iraniens) a déclaré : « Nous n'acceptons pas les inculpations sur des motifs de sécurité pour les militants civils. Nous croyons qu'aucun enseignant ne devrait souffrir d'emprisonnement pour poursuivre les affaires civiles et éducatives. La prison ne doit pas être la réponse aux demandes des enseignants. »

Des décennies de sanctions ont décimé l'économie iranienne. Les enseignants ne sont pas protégés contre les mauvaises conditions de vie et les salaires impayés qui touchent d'autres industries. Ce qui définit l'enseignement comme une occupation unique, c'est son rôle central dans l'influence sur les esprits. Le secrétaire général adjoint de l'éducation internationale, Haldis Holst, affirme que la profession est une « cible pour le contrôle ». Les choses ne s'améliorent pas non plus, les enseignants sont arbitrairement arrêtés et peu d'informations sur leur localisation ou leur état sont fournies aux familles et à leurs organisations syndicales.

Lire la suite