Les policiers de la cyber police du régime iranien (FATA) ont arrêté deux jeunes iraniens pour avoir publié des bandes dessinées sur les responsables du régime. Le 1er juin, le site web du quotidien officiel Jam News a rapporté que le FATA avait arrêté deux personnes âgées de 30 et 31 ans, pour avoir publié des bandes dessinées des responsables du régime sur internet.

Ali Sheybanian, chef de police de la ville de Fasā, a déclaré : « Ces deux individus ont voulu troubler l’opinion public et semer la discorde au sein de la population en publiant des caricatures des autorités et des messages injurieux dans le cybermonde. »

Cette nouvelle arrive tout juste une semaine après que la police ait arrêté un jeune de 15 ans essayant de lancer une chaine sur un site de médias sociaux.

Un commissaire de police du régime dans la ville d’Isfahan, au centre de l’Iran, a annoncé que les officiers du FATA avaient arrêté l’adolescent.

Le 26 mai, Jahangir Karimi a déclaré: « Après l’enquête finale, l’adolescent de 15 ans originaire d’Isfahan a été rapidement identifié et convoqué au poste de police.»

Les officiers du FATA sont chargés de surveiller les activités informatiques ; leur cas le plus notoire était celui du bloggeur Sattar Beheshti qui a été tué sous la torture alors qu’il était détenu par le régime en novembre 2012. Le FATA a également arrêté deux jeunes bloggeurs et les a accusés de crimes informatiques.

Le chef du FATA dans la province de Gīlān, le colonel Iraj Mohammadkhani, a déclaré qu’ils ont illégalement eu accès, produit et partagé des données et logiciels.

Ils pourraient être condamnés à un emprisonnement de 91 jours à 1 an ou à une amende située entre cinq et 20 millions de rials (166 à 662 dollars américains), ou aux deux.

En mars, Reporters Sans Frontières (RSF) a déclaré que l’Iran est l’une des cinq plus grandes prisons pour les membres de la presse ; classé 173e sur 180 pays en ce qui concerne la liberté de la presse.

Shahin Gobadi du Comité des affaires étrangères du Conseil National de la Résistance iranienne (CNRI) a déclaré: « La liberté de la presse et la liberté d’expression sont inexistantes en Iran sous le régime des mollahs. Non seulement le régime réprime drastiquement les journalistes en ce qui concerne les reportages considérés sensibles par les mollahs, mais il va jusqu’à arrêter et à torturer à mort les bloggeurs dissidents comme Sattar Beheshti. »

Recherche

Iran - Maragheh l'homme infecté par le coronavirus est par terre depuis une heure

Les filles sont omniprésentes dans les manifestations étudiantes contre le régime en Iran

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

Iran : agh, ghola inondation

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS