Téhéran, le 11 juin 2016 - Dans la matinée du mercredi, un groupe d'enseignants et d'éducateurs retraités brandissant des pancartes ont organisé une manifestation devant la Cour de justice administrative iranienne dans Sattari Highway - Boulevard Mokhberi - à Téhéran pour protester contre la négligence de leurs bas salaires par le gouvernement Hassan Rohani et leur mépris pour les moyens de subsistance, selon les rapports locaux.

Les slogans sur les pancartes transportées par des enseignants retraités portaient des phrases telles que : « le seuil de pauvreté = 3 millions, nos salaires = 1 million » ; « des moyens de subsistance et de la dignité sont nos droits inaliénables » ; « nous retraités voulons la dignité et un moyen de subsistance » ; « Arrêtez la discrimination et appliquez la loi » ; « Assurance gratuite pour les retraités » ; et « Trahison par Nobakht, soutenue par les tribunaux ».

La manifestation a eu lieu suite à un appel plus tôt par des enseignants retraités, et les tentatives faites par le ministère des Renseignements n'ont pas pu empêcher cela.

Plus d'une centaine d'enseignants retraités de Téhéran, Karaj, Kermânchâh et participe à cette manifestation.

Le 5 juin, les enseignants avaient émis des notifications sur les réseaux sociaux, qui disaient en partie :

« Les honorables enseignants retraités de Téhéran et des villes voisines : La Cour de justice administrative a piétiné le droit inaliénable et juridique des retraités au nom du gouvernement et de la Caisse de retraite en annulant le jugement rendu en faveur du paiement de la pension des retraités concernant l'augmentation des salaires pour correspondre au taux d'inflation de 2007 à 2014, conformément à l'article 125 de la loi sur la gestion de la fonction publique. Rejoignez-nous pour protester et défendre vos droits ».