GENEVE, 13 septembre (Reuters) - Le Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Zeïd Ra'ad al Hussein, a condamné mardi le régime syrien, dans le cadre d'un discours plus large dressant l'inventaire des atteintes à la personne humaine dans le monde entier.

"Il s'agit là d'un Etat dirigé par un médecin, qui pourtant a gazé son propre peuple, a attaqué des hôpitaux et bombardé des zones civiles avec des explosifs sans précision, et qui maintient des dizaines de milliers de personnes en détention dans des conditions inhumaines", a-t-il déclaré à l'Onu à Genève.

"Les mots ne peuvent exprimer à quel point je condamne cette situation", a ajouté le Haut commissaire.

Le diplomate a rappelé qu'outre la Syrie, la Biélorussie, l'Erythrée, la Corée du Nord et l'Iran refusaient obstinément de coopérer avec les organisations humanitaires. Cela est également le cas, a-t-il rappelé, d'Israël concernant l'accès aux territoires palestiniens occupés.

Il a également précisé que le Venezuela refusait depuis deux ans et demi l'octroi de visas aux membres de ses services, leur empêchant d'accéder au pays.

 

Recherche

Iran - Sommet mondial en ligne

Les filles sont omniprésentes dans les manifestations étudiantes contre le régime en Iran

Iran - Maragheh l'homme infecté par le coronavirus est par terre depuis une heure

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

Iran : agh, ghola inondation

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS